Bric à brac d'infos

Nouveau

Où va t’on dans la diversion ?

 

Bien qu’étant plutôt optimiste et confiant sur l’aboutissement un jour du processus démocratique entamé par le peuple tunisien, je ne peux m’empêcher de dresser à l’heure actuelle  un bilan en demi-teinte.

Je commencerais par la fin et non le début des évènements historiques vécus par les tunisiens depuis le déclenchement de la révolution en décembre 2010.

Le gouverneur de la banque centrale de Tunisie vient de déclarer que le taux de croissance économique du pays avoisinera les 0 % pour l’année 2011, c’est un résultat contre productif.
Les perspectives de la relance économique ne sont pas plus au beau fixe non plus.

C’est sûr toutes les révolutions n’ont pas vu leurs objectifs atteints, ou ont connu des débuts très difficiles.

La notre n’a donc pas échappé à la règle, elle aurait pu connaître un destin différent, mais nous avons gaspillé nos chances de continuer la mutation des structures de notre pays à partir du formidable élan de solidarité qui nous a habité.

Pourtant nous avons franchi l’obstacle le plus dure à négocier durant lequel les forces contre-révolutionnaires ont plané sur le pays quelques semaines après le départ du dictateur déchu.Pendant cette sombre période, la peur et l’insécurité l’avaient emporté sur l’optimisme ambiant,le vide politique était grand à tel point que la tentation que l’armée prenne les commandes était largement discutée ou bien souhaitée  par la population.

Mais cette dernière a prouvé par la même occasion sa vocation  » d’armée républicaine « .

Lors des manifestations, on réclamait la dignité,le travail et surtout on demandait la tête de la famille mafieuse qui régnait sur le pays, synonyme de corruption et de pillage des richesses nationales.

Maintenant une fois Ben Ali parti que voit on: ceux qui avaient la chance de travailler n’ont pas cessé de faire des grèves à répétitions pour  des augmentations de salaires.Ces débrayages ont pratiquement mis à genou l’économie, ont augmenté dangereusement le  risque que des entreprises mettent  la clé sous le paillasson et menacé encore plus les postes d’emploi déjà précaires. Drôle de solidarité avec les chômeurs !

La cherté de la vie se fait de plus en sentir  touchant de plein fouet  les couches sociales les plus démunies le gouvernement provisoire tentant d’amortir la crise comme il le peut  !

Et ceux qui déjà possédaient un toit décent profitent du  » passage à vide  » de cet état Tunisien pour construire anarchiquement sans permis de bâtir.

Absents lorsque les jeunes se faisaient réprimer par la police pendant le soulévement, les salafistes veulent maintenant récupérer le mouvement à leur compte,ils sont certes minoritaires mais  sément la zizanie en prenant l’université tunisienne en otage.

Alors que le pays est comme un navire en perdition dans la tempête, les barbus tentent de faire diversion auprès de l’opinion publique sur un faux problème, celui de la perte des valeurs islamiques et un faux débat, celui du port du niqab si loin de nos traditions.

On est bien loin du slogan scandé par les manifestants le 14 Janvier devant le siège du ministère de l’intérieur :  » Pain,eau mais Ben Ali non  »

Politiquement ce n’est guère mieux , le 23 octobre le peuple était invité à l’occasion des premières élections libres à choisir les membres d’une future assemblée constituante dont la mission première est de rédiger la nouvelle constitution censée garantir dorénavant l’état de droit en Tunisie.

Mais depuis cette date il est peu question de la rédaction de cette constitution.Pire la coalition majoritaire ne montre aucune volonté à s’atteler au travail et vouloir résoudre la crise sociale.
Elle ne semble que s’attarder sur les querelles politiciennes et le partage du pouvoir à travers la composition du gouvernement qui tarde à venir.Plus de quarante jours sont passés maintenant alors que la durée de vie théorique de cette assemblée n’est que de un an,quelle efficience dans l’action !

Il est indéniable que les Tunisiens ont acquis la liberté d’être et surtout de s’exprimer,mais pour le moment certains  » objectifs de la révolution  » ont été détournés par une partie de la société  qui a su en profiter,  le pays semble relativement calme mais jusqu’à quand ?

Les relations entre la Tunisie et la France vont elles connaitre un hiver rigoureux ?

Le peuple tunisien a voté ce dimanche 23 octobre 2011 pour choisir les membres de sa future assemblée constituante. Tous les observateurs aussi bien nationaux que venus de l’étranger ont été  unanimes pour témoigner du  bon déroulement dans un climat général de transparence et de liberté de ce premier scrutin libre.

La Tunisie a pu l’organiser en un temps relativement court, moins de dix mois après avoir chassé Ben Ali et son clan par la pression de la rue,une réussite malgré l’absence de tradition démocratique.Ce n’est pas une surprise , le dictateur est parti, son régime s’est effondré mais la continuité de l’état a été  assurée sans oublier la tenacité de la société civile à mettre un frein à la contre-révolution qui a failli capoté la dynamique révolutionnaire.

Ces élections sont inédites depuis l’indépendance du pays en 1956 après la fin du protectorat français de 1881, peut être même uniques dans le monde arabe.

Elles ne sont pas une fin en soi, mais elles constituent une étape importante dans la transition démocratique qui pourra servir de modèle pour le reste du Maghreb et Moyen-Orient.

Même si les résultats ne sont pas encore définitifs à ce jour, c’est le parti Ennahdha qui est déclaré le vainqueur vu sa confortable avance en nombre de sièges gagnés dans cette assemblée.

Les réactions louants la bonne tenue des élections et les félicitations pour la transition démocratique n’ont pas tardé à venir de la part des principaux dirigeants européens sans oublier les encouragements de l’administration américaine qui semble vouloir toujours prendre les devants.

Cependant un pays par le biais de son gouvernement a une position pour le moins ambiguë depuis le déclenchement de la révolution en Tunisie,  c’est la France ancienne puissance coloniale ! Après le déclenchement des manifestations de décembre 2010 et l’immolation par le feu de Bouazizi elle n’a pas vu venir ce qui allait être le début d’une révolution pacifique et ensuite le  » printemps arabe  ».

Elle ne s’est  même pas préoccupée des revendications d’aspiration à la justice et à la liberté des Tunisiens, pire elle n’a eu comme seul souci de proposer son savoir faire sécuritaire pour courir au secours du régime ami de Ben Ali, c’est ce qu’on a appelé la   » diplomatie de la matraque  » dixit Harlem Désir.

Pour rappel pendant la campagne présidentielle, en mars 2007,  le président Sarkozy s’était engagé à  » défendre les droits de l’homme partout où ils sont méconnus ou menacés « . Alors que la Tunisie vient de prendre son avenir en main à travers son peuple qui a choisi la démocratie,ce même président par le passé en concubinage avec Ben Ali  exprime maintenant son inquiétude : « La France sera vigilante sur le respect des droits de l’homme et des principes démocratiques ». Quel paradoxe !

Ignacio Cembrero   journaliste à El País, le  fameux quotidien espagnol, s’est interrogé sur le manque d’enthousiasme de la diplomatie française à vouloir envoyer des signes d’encouragement au peuple tunisien après la réussite des élections.

 » La France a été mesquine vis à vis de la Tunisie qui accouche d’une démocratie  » écrit il au début d’un billet intéressant à lire.

Aussi il pense que l’on soit d’accord ou non avec les idées du vainqueur il aurait été plus judicieux de le féliciter lui qui tire dorénavant sa légitimité des urnes :

  » On peut certes s’inquiéter légitimement des intentions, sur le moyen ou le long terme, d’Ennahda. Mais d’abord il faut être bon prince et se réjouir du démarrage de cette expérience démocratique en Afrique du Nord, manifester sa volonté de l’épauler, de travailler main dans la main avec les nouveaux représentants du peuple tunisien  » .

Il conclut son article par une phrase qui résume bien à mon goût  la position de la Françe qui souffle le chaud et le froid :

«  La France qui a été la dernière puissance occidentale à lâcher Ben Ali est à nouveau la dernière quand il s’agit de fêter avec les tunisiens la démocratie naissante  » .

D’une manière générale les médias français ont relativement bien accueilli le  résultat  de ces élections, sauf que l’on sent que certains commencent à ronger leur frein et déraper pour nous resservir la sempiternelle menace islamique aux portes de l’Europe.

Tel est le cas de certains éditocrates comme l’aime à le rappeler Alain Gresh dans le blog Nouvelles d’Orient,   » Mais voilà : certains n’acceptent la démocratie que lorsque les électeurs votent comme ils le souhaitent  » souligne t’il .

Or , il se trouve que la Tunisie n’a pas fait une révolution aussi prometteuse que celle ci juste pour faire plaisir au côté Nord de la méditerannée. C’est une réelle aspiration à la liberté que malheureusement la classe dirigeante française principalement de droite a tardivement comprise contrairement à l’administration américaine d’Obama.

Cette révolution vient d’aboutir sur un processus démocratique, les islamistes sont une composante de la société avec laquelle les forces démocratiques et laiques du pays doivent composer et non exclure comme par le passé juste pour justifier la maxime  » dictature ou islamisme  » chère aux personnalités françaises qui ont presque toutes un pied-à-terre confortable en Tunisie.

Après tout ce ne sont que des élections pour l’assemblée constituante,cette assemblée a pour seule vocation de rédiger la future constitution et non pas d’élaborer une politique à long terme pour la Tunisie.Le chemin à parcourir est encore très long , Ennahdha n’est même pas assurée de s’enraciner et s’accaparer du pouvoir !

Reste à Ennahdha de démontrer comme je l’ai dit dans mon précédent billet qu’elle ne cherche pas à imposer sa vision de la société, mais plutôt laisser à tout citoyen sa propre conviction décider pour lui, de quoi dissiper  les doutes chez les plus sceptiques qui ne cessent d’alimenter le fonds de commerce des  » islamophobes  » .

Quand la France va-t-elle féliciter Ennahda en Tunisie ?  par  Ignacio Cembrero

Tunisie, les éditocrates repartent en guerre  par Alain Gresh

Ennahdha ou l’utilité de son succès en Tunisie

Quelqu'un d'autre par le passé avait dit la même chose

D’après les résultats partiels il ne fait plus de doute que le mouvement islamiste Ennahdha vient de gagner  les premières élections libres et transparentes de la Tunisie post-révolution : les élections de l’assemblée constituante du 23 octobre.

Bien qu’électoralement parlant la confusion a été introduite dans l’esprit des gens , volontairement ou pas d’ailleurs, les sujets du chômage et de l’emploi ou la baguette à 100 millimes n’ont rien à voir avec l’enjeu de bâtir une nouvelle constitution pour le pays, ces élections sont globalement un trés gros succès, un exemple à suivre pour les peuples en quête de liberté, vu la bonne organisation assurée par L’instance Supérieure Indépendante pour les Elections  ( ISIE ), le taux de participation et la discipline des participants.

Mais suite au succès d’Ennahdha dans ce scrutin, beaucoup de nos compatriotes sont devenus inquiets, pour ne pas dire atteints de la psychose  d’un éventuel  péril islamiste qui ferait retourner le pays en arrière en matière de libertés individuelles, de droits acquis de la femme.

Je ne suis pas aussi catastrophé qu’eux, je reste zen et garde mon calme, je ne prétends pas qu’il n’y a rien à craindre simplement il faut rester vigilant.

Ce qui vient de se passer en Tunisie depuis le mois de décembre 2010 est tout simplement extraordinaire, de simples sujets dans un pays gouverné par une famille mafieuse nous avons retrouvé le goût de la citoyenneté.

Jamais deux sans trois, nous avons réussi la première révolution pacifique du monde arabe, nous avons réussi les premières élections libres du  » Printemps arabe » , il n’y a aucune raison pour ne pas réussir notre première expérience démocratique.

Alors faudrait il pour autant avoir peur d’Ennahdha , croire à l’instauration d’une nouvelle dictature à la place d’une autre  comme ne cessent de marteler certais médias et oiseaux de mauvais augure dans les espaces d’expression occidentaux ?

Personnellement je ne le crois pas , ce succès n’est peut être pas contre-productif pour le  pays,  non pas parce que je partage les idées de ce mouvement  mais pour les raisons suivantes :

1. Les islamistes ont été interdits et pourchassés du temps de Bourguiba et Ben Ali à tort ou à raison. Après trois  décennies de traversée du désert  il était temps pour eux d’entrer dans la légalité en s’adonnant à l’exercice du pouvoir , en somme passer du statut d’ eternel opposant à celui de gouvernant.

2. Cet état de fait contribuera à ce que le « soufflé islamique  »  retombe une bonne fois pour toute,c’est à dire que maintenant leur objectif atteint démocratiquement on apprendra à considérer les islamistes comme une composante de la société civile, la confrontation sur le terrain de la politique et des débats étant préférable à un cycle de violence meurtrière pour ne pas citer l’ amère expérience algérienne. Il ne pourra en résulter qu’une  décrispation de l’ambiance  causée par  » la peur de l’ épouvantail islamique « qui a toujours prévalu par le passé et que nous a imposé Ben Ali appuyé par ses cyniques amis occidentaux, pour s’accaparer du pouvoir durant presque un quart de siècle.

3. La Tunisie à travers son peuple semble avoir  réalisé le rêve des Etats-Unis qui est de  résoudre le problème posé par les courants islamistes, ou comment dans le monde arabe intégrer ces mouvances dans le processus démocratique pour en finir avec l’islam extrémiste anti-occidental.

L’ administration américaine  qui ne s’y est pas trompé  ne cesse d’envoyer des signaux forts d’encouragements au processus de changement pacifique. Elle  est devenu prompte à réagir au besoin comme l’ attestent les déclarations de son premier responsable  Barack Obama :

  ’’ Aujourd’hui, moins d’un an après avoir inspiré le monde, le peuple tunisien a effectué un important pas en avant. Je félicite les millions de Tunisiens qui ont voté pour la première élection démocratique du pays qui a changé le cours de l’Histoire et lancé le printemps arabe ’’

4. Nous tunisiens possédons désormais une nouvelle arme chèrement acquise  qui s’appelle   » la liberté d’expression  » et disposons d’un formidable stock de munitions tels que les blogs, réseaux sociaux,pétitions, manifestations etc … A l’heure d’internet rien ne peut plus se passer sous silence.

5. Même si Ennahdha pour le moment est en position de force  il n’en demeure pas moins  qu’il est conscient de la tâche ardue qui l’attend. Il faut redresser  l’économie et  trouver des réponses urgentes aux revendications sociales des Tunisiens.  Manquant d’expérience il n’entend pas endosser seul toute la responsabilité politique durant cette période de transition. Partager les risques d’échecs en faisant appel à une large coalition avec d’autres partis laics telle est la voie qu’il semble choisir.

6. Enfin tout simplement les leaders d’Ennahdha ne cessent de repêter que le modéle qui les inspire  est le modéle de l’ AKP turc, ce parti islamiste qui gouverne un pays laïc. Devant  le bénéfice du doute nous devons laisser Ennahdha démontrer sa bonne foi avant de lever les boucliers.

Je vois mal sa direction politique perdre son temps à vouloir imposer la charia ou limiter les droits de la femme au risque  de déclencher un mécontentement populaire alors qu’il y a du pain sur la planche et d’autres chats à fouetter. A moins que la base que l’on dit plus radicale ne l’emporte sur les modérés !

Je suis fair play, je félicite Ennahdha pour ce probable succès.

Membres d’ Ennahdha je respecte vos convictions, en retour ne réduisez pas notre espace de liberté, laissez nous vivre comme par le passé dans une Tunisie libre et laique comme nous l’a permis de le faire Bourguiba. La balle est dans votre camp !

Allons voter le 23 octobre

La révolte des Tunisiens pour renverser  Ben Ali a été la plus pacifique du communément nommé    « Printemps Arabe ». Ce dictateur qui a  tant fait de mal à notre pays a pris ses valises et parti ce réfugier en Arabie Séoudite avec sa famille.

Mais ce n’est pas pour autant que l’on soit arrivé à éradiquer son système de gouvernance corrompu laissé en héritage à qui veut bien en profiter.

L’enjeu majeur après les élections du 23 octobre 2011 ( 20,21 et 22 pour les expatriés) pour choisir une assemblée constituante, est de bâtir une Tunisie basée sur une nouvelle constitution garante de l’ Etat de droit.

Le peuple a fait le gros du travail en chassant Ben Ali et son clan mafieux, reste aux politiciens candidats de faire le reste à savoir nettoyer les institutions et instaurer un climat sain et propice au redécollage du pays.

Je ferais confiance aux hommes et femmes intègres qui n’ont jamais flirté avec l’ancien régime pour le soutenir et en tirer profit.

Je voterais pour les hommes et femmes  qui ont  une réelle volonté de barrer la route aux anciens membres du RCD en tenues de camouflage.

Je voterais pour les hommes et femmes  qui entendent faire valoir leurs idées pour une Tunisie libre et digne , laique et tolérante et non pour ceux qui distribuent argent,cartons remplis d’aliments et cigarettes pour acheter les voix.

C’est vrai que la Tunisie a beaucoup changé depuis le 14 Janvier, hommage à nos martyrs et blessés,nous avons tous retrouvé notre liberté perdue mais que de chemin nous reste à faire…

… car une démocratie corrompue n’est pas plus enviable qu’une dictature.

L’ hommage à Steve Jobs

La silhouette de Steve Jobs incrustée sur le logo d’Apple à la place du morceau croqué.

Peut être le futur nouveau logo de la marque californienne ou du moins un des plus beaux hommages rendus à son célébre créateur.

C’est une idée lumineuse  de Jonathan Mak, étudiant de 19 ans en deuxième année de design graphique à l’Université polytechnique de Hong Kong.

Un film en couleur sur Tunis de 1938

Au mois de décembre 2010 j’ai publié un article sur mon blog qui parlait d’ images de la bataille de Tunisie (1942 à 1943) en couleur .

Bien que les photos en noir et blanc ont un côté artistique certain cependant la couleur rare à l’époque leur donne une autre dimension et nous aide à mieux imaginer une période que l’on a pas forcément vécu.

Voici à présent un magnifique petit film en couleur ce qui est encore mieux , tourné à Tunis en 1938.

On y voit l’avenue Jules Ferry de l’époque, l’actuelle avenue Habib Bourguiba,la porte de France ensuite les souks et la Médina.

Remarquer l’élégance des passants européens ou tunisiens et la propreté de ces lieux, on n’était pas encore arrivé à l’époque du tout jetable.

La police montée pour maintenir l’ordre et surveiller un trafic automobile qui n’avait rien à voir avec le cauchemar de nos jours, j’envie l’air qu’ils devaient respirer .

Le guide des bonnes manières sur facebook

Le succès  du réseau social facebook est grandissant en Tunisie auprès des jeunes et moins jeunes, surtout  depuis la  » révolution  » ou la révolte, seul l’avenir nous le dira !

Même si ce n’est pas facebook qui a déclenché les manifestations , il a contribué surtout à briser le silence coupable des médias sur le début de révolte de la jeunesse tunisienne.

Grâce à lui, la population a su qu’il se passait quelque chose dans le pays et de photos en vidéos prises par les manifestants  plus rien ne pouvait empêcher les gens de descendre dans la rue. L’embrasement du pays s’est effectué de la sorte , le régime en place  n’a pas pu circonscrire l’incendie, la suite tout le monde la connait.

Aujourd’hui en Tunisie on assiste à beaucoup de dérapages sur ce réseau social dans une ambiance délétère qui n’arrange pas les choses.

facebook c’est bien mais c’est encore mieux en appliquant ces quelques règles de savoir vivre vues sur cette vidéo assez originale.

1 – Ne changez pas votre situation amoureuse sans consulter l’autre personne

2 – Ne postez pas de photos embarrassantes d’autres personnes

3 – Soyez discret quand vous postez des messages sur les murs d’autres personnes

4 – Ne volez pas les amis des autres

5 – Ne lancez pas des groupes de haines

Les bagelheads japonnais, ou l’art de se déformer la tronche.

Ames sensibles s’abstenir .

Un bagel est une sorte de petit pain traditionnel à base de pâte au levain  populaire à New York.

Certains jeunes japonnais ont trouvé en guise de nouvelle mode le moyen de transformer leur physique en se créant provisoirement une protubérance sur  le front qui ressemble justement à ce pain bagel.

Comment y arrivent ils ? Il parait que la technique est simple  il suffit de s’injecter sous la peau du sérum physiologique  sur le front, ensuite on peut lui donner la forme du bagel en exercant une pression sur cette réserve de sérum constituée.

Voila ce que ça donne en image , le moins que l’on puisse dire c’est que ces deux peuvent concourir pour le titre du plus beau visage …  sur la planète Mars !

Vicestyle.com

Il faut le voir pour le croire ! Et encore j’ai choisi les photos les moins choquantes. Ames sensibles, s’abstenir sur Google recherche d’images.

Essayons de décoller !

Pendant que nous nous débattons dont d’inextricables problèmes post-révolution regardons outre-atlantique à quoi aboutit l’imagination des gens comme ceux de la compagnie Jetlev.

 

Chez nous on doit bien l’ avouer, le débat politique est resté bien terre à terre et l’ambiance n’est toujours pas au beau fixe pour que la mayonnaise de la démocratie prenne !

La situation n’est pas bonne car on file à contre sens. L’ insécurité due à la pagaille grandit dans certains coins de la Tunisie, on assiste à du rififi chez la garde nationale (c’est grave), le tribalisme des temps anciens ressurgit et cerise sur le gateau en guise de liberté d’expression on inquiète même les blogueurs un peu trop critiques.

Ce n’est pas demain la veille , mais rêvons à  » quelque chose  » qui viendrait du ciel  nous faire décoller le pays !

10, 9, 8, 7, … 3, 2, 1,  go!

Demain c’est l’Aid el Fitr

L ‘Aid el Fitr qui cloture 29 jours de jeûne  est pour demain le 30 Août 2011 car le Mufti de la république tunisienne a annoncé que le croissant de lune a été observé ce soir.

Comme le veut la tradition cette journée sera consacrée pour visiter les proches et amis afin de leur présenter les vœux de l’Aïd.Les enfants ravis de porter leurs nouveaux et beaux habits s’en donneront à coeur joie  d’essayer leurs  » joujoux  » achetés sur les étalages des vendeurs ambulants autorisés ou non.

Cette année zizanie oblige , la contrebande s’est amplifiée à nos frontières pour ainsi offrir  un large choix de jouets en plastique ,  pistolets , fusils, tous évoquant  la guerre. Même les petits pétards qui d’habitude interdits, ont atteint cette année sans exagération presque la taille d’un bâton de dynamite. Drôle de manière pour notre enfance de fêter l’Aid.

Quant à nous les plus grands nous remercions Dieu de nous permettre de fêter un Aid en Tunisie dans la joie et la paix,ce qui n’était pas évident, ni assuré, vu la révolte  qu’ a connu le pays depuis décembre 2010.

Lorsque on voit la tournure des événements chez notre voisin libyen ou ailleurs au proche et  moyen-orient, jusqu’à présent on  l’ a échappé belle  malgré … les  incendies, les snipers, les pillages , les braquages ,les réglements de comptes, les sits in, les gèves sauvages, les manifestations, les casseurs,les constructions anarchiques , le ciment au marché noir, l’entassement des ordures dans les rues,l’augmentation des prix, la pénurie de l’eau minérale, l’effondrement du tourisme et j’en passe

A part cela tout va bien !

Ah oui j’oubliais , je vous souhaite Aid Mabrouk et non pas Aid Moubarak et demain matin inutile d’utiliser l’expression Nharkom Zine (une variante du Bonjour en Tunisien).

Caricature parue sur elwatan.com

Kadhafi parti, on ira se baigner en Libye

La Tunisie avec ses 1200 kilomètres de côtes est, ou a été un paradis pour touristes à quelques heures de vol de l’Europe. Le dépaysement était assuré pour les visteurs tant que les plages recherchées étaient encore sauvages.

Malheureusement  le développement économique en Tunisie a surtout prédominé dans les zones cotières aux dépens de l’intérieur du pays.

Une grande partie de nos côtes a subi un bétonnage en régle, les villes cotières ont grandis et posé leurs tentacules en avalant des kilomètres de plage.

Tourisme de masse et folie des grandeurs aidants  de  pseudo- hôteliers ont construit de grands hôtels souvent laids qui ont défigurés nos côtes.

Alors à défaut de rendre à notre littoral sa virginité, rêvons à celui de la Libye encore préservé  en espérant que les successeurs de Kadhafi ne feront pas la même erreur que chez nous.

Barack Obama bientôt à Tunis ?

Barack Obama serait bientôt à Tunis pour la première visite officielle d’un président des Etats Unis  en Tunisie. Cette info a été relayée par le journal en ligne   » Maghreb Confidentiel  ».

La  promesse  aurait été faite  lors du dernier sommet du G8 en France par le président américain à  M.  Béji Caïd Essebsi  premier ministre du gouvernement provisoire de la post révolution.

Pour ma part j’ai toujours pensé cette visite comme hautement probable, car elle pourrait s’inscrire dans un enchainement d’ événements totalements inédits depuis la chute de Ben Ali au mois de janvier dernier .

Les pays européens  et les Etats Unis ont toujours soutenu jusqu’à un passé trop récent c’est à dire l’année 2010 les dictatures du monde arabe sous la sacro-sainte théorie  » La dictature ou bien l’extrémisme religieux » jusqu’au soulévement des peuples Arabes, communément appelé le printemps Arabe.

Ce dernier initié par la jeunesse défavorisée tunisienne a démontré contre toute attente qu’une autre voie était possible pour aspirer maintenant  à la liberté sans violence et surtout sans recours à l’idéologie islamiste .

Ces peuples ont longtemps été pris en otage par ces dictatures corrompues soutenues par l’Occident, fossoyeuses du monde Arabe, qui ont enfanté l’extrémisme religieux.

Mais  il s’est avéré  que la jeunesse avait une toute autre vision pour vouloir vivre un avenir meilleur et s’assumer pleinement à l’instar des jeunes des autres pays de la planète.

Les  slogans demandant le changement  et les manifestations pacifiques  ayant ébranlé certains pays Arabes l’ont démontré.

Ces événements ont porté un coup fatal à Al Quaida et à son idéologie d’obscurantisme beaucoup plus que les années de lutte contre le terrorisme menée par les Etats Unis depuis l’attentat du World Trade Center le 11 septembre 2001.

La disparition du fond de commerce d’ Al quaida coincide avec la décision d’éliminer physiquement son leader Oussama Ben Laden, sans doutes que  la date de son  » assassinat  »  a été choisie en relation avec cette nouvelle donne stratégique dans le monde arabe.

Depuis le discours sur l’état de l’Union de Barack Obama où il avait pronnoncé ces quelques  phrases :

« La volonté du peuple s’est révélée plus puissante que l’étreinte d’un dictateur ».

« Et ce soir, que ce soit clair : les États-Unis d’Amérique sont solidaires des Tunisiens, et soutiennent les aspirations démocratiques de tous les peuples »

les Etats- Unis ont bien senti le vent tourner, eux qui  pour une fois n’ayant pas l’initiative des choses ont  pris le train en marche.

 

 

L’administration américaine n’a pas arrêté d’envoyer des signes forts à l’encontre des Tunisiens, avec des visites au plus haut niveau, en un espace de temps relativement court de Hillary Clinton la chef de la diplomatie américaine ou du sénateur américain John McCain  qui déclaré : «Dans la région, il y a soit la dictature soit l’extrémisme, et grâce à vous, la voie de la démocratie est ouverte».

Alors Barack Obama en Tunisie ? Sûrement avant la fin de l’année 2011 car étant lui même candidat à sa propre succession pour la présidentielle de 2012,ou  peut être repoussera t’il l’échéance en 2012 s’il croit en ses chances de réelection ?

Obama en Tunisie ou pas tâchons d’être à la hauteur de ce mouvement d’admiration et de sympathie mondiale qu’a suscité la révolution tunisienne.

L’éclipse totale de Lune du 15 Juin 2011

 

 

 

Après la super pleine lune de Mars 2011 où la  pleine lune était la plus proche de la Terre depuis 18 années , ce 15 Juin 2011 la nature nous offre une autre belle occasion pour observer un  phénomène astronomique tout aussi remarquable :  l’éclipse totale de lune.

Voici certaines des photos prises par moi même de cette éclipse bien visible en Tunisie.

Je les partage ici volontier avec mes lecteurs.

Avant l’ éclipse totale :

 

L’ éclipse totale  :

 

Après   l’ éclipse totale :

Monsieur Obama méditez sur cet incident

Le service de la sécurité présidentielle du président Obama a du penser à tous sauf à cela.

Sa cadillac blindée pesant  huit tonnes , surnommée la bête, s’est tout simplement coincée à la sortie de la résidence de l’ambassadeur des Etats-Unis en Irlande.

Victime  sans doute  de son empattement  mais aussi de sa lourdeur car j’ imagine le problème ne s’étant pas posé pendant la descente.

Remarquer la réaction des policiers en faction à la sortie , apparemment  personne n’est autorisé à s’approcher de la voiture présidentielle quelque soit le motif.

Coincé un long moment pour des raisons de sécurité avec sa femme à l’intérieur de sa limousine, Obama a du avoir le temps de méditer sur cet incident pas banal.

Alors monsieur Obama de grâce relancez le processus de paix au proche orient,  ne le  laisser pas en suspension  !

Il n’ y a pas de fumée sans feu

Ca fait un bail que je n’ai plus écrit sur mon blog. Manque d’inspiration, un peu par lassitude vis à vis des évènements qui se succédent dans notre pays.

Grèves, sit in sauvages, sabotages et pillages … Un dangereux train train quotidien mettant à mal notre optimisme d’un avenir meilleur après la chute du régime despotique de Ben Ali et sa clique.

Lorsque soudain éclate en plein jour l’affaire de l’ancien ministre de l’intérieur Farhat Rajhi (27 janvier au 28 mars ). De quoi me faire sortir de ma torpeur, de servir d’étincelle et d’excuses pour certains de repartir dans un nouveau cycle de manifestations, débordements et répression policière.

Les propos qu’ a tenu Farhat Rajhi sur un éventuel complot contre la révolution en présence de deux journalistes relèvent plutôt d’une discussion de café à bâtons rompus que d’une interview officielle servant à divulguer des informations d’importance capitale .

Mais voila qu’une polémique est née accompagnée d’ une levée de boucliers, suite à la diffusion d’une vidéo de cette rencontre sur l’inévitable facebook.

A- t- elle été réellement  prise à son insu et diffusée sans son accord comme il a laissé entendre ?

Mais que peut on lui reprocher, sinon que dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas ? Ses dires devraient ils faire l’effet d’une bombe comme on a pu les qualifier dans les médias ?

S’agissant de notre armée ce n’est un secret pour personne , si lors des pires moments d’insécurité dans le pays où la peur du chaos nous a tous envahis, chacun de nous a pu souhaiter ou envisager un moment ou un autre que l’armée reprenne en main le pays.

Alors pourquoi ne pas envisager, si le parti d’Ennahdha  était amené à gagner les futures élections , il ne jouerait peut être pas le jeu de la démocratie et trahirait par conséquent  les objectifs de la Révolution. Dans ce cas l’armée ne laissera pas faire. Simple hypothèse.

D’autant plus que ce scénario s’est dejà déroulé par le passé chez nos voisins Algériens. Plus récemment en Egypte,   par prévoyance l’institution militaire a déjà pris les devants.

C’est vrai qu’on dit toujours que le cas tunisien est différent de celui de ces voisins, nous l’espérons tous, mais rien n’est joué d’avance.

On accuse Farhat Rajhi aussi de régionalisme car il n’a pas su faire adroitement la distinction entre le peuple du sahel et les clans d’influence issus du sahel qui essaient de garder le pouvoir pour leur propre intérêt, et ce n’est encore une fois un secret pour personne !

Une accaparation du pouvoir pendant des décennies qui a amené la situation de déséquilibre régionnal que l’on connait.

L’ ancien ministre de l’intérieur a été évincé de son poste sans doute pour avoir osé pousser un peu trop loin le grand ménage au sein de ce ministère, au risque d’un éclatement de ses structures.

Il paye le prix d’avoir peut être voulu réformer trop vite la police 7.0  formatée aux anciennes méthodes de zaba ,police qu’il s’est effectivement mis à dos.

Farhat Rajhi a donné un coup dans la fourmilière, jetté un pavé dans la mare encore trouble de la révolution, débat tunisie a même dit avec ironie » dans l’ Ammar »

A mon sens il est accusé à tort de semer la discorde, d’être contre la révolution, on parle de le trainer rapidement  en justice pour un  » délit d’opinion  ».

Etonnant cet acharnement sur quelqu’un qui est victime de son franc-parler, alors que les corrompus et soutiens de l’ancien régime se promènent en liberté sans être inquiétés.

Avec ses déclarations cherchait- il à augmenter sa popularité ou était- il manipulé comme l’on a si souvent laisser entendre par je ne sais quel bord politique ?

En tous les cas il a eu au moins le mérite de faire réagir le premier responsable du gouvernement M. Beji Caid Essebsi qui a participé avec trois journalistes à un débat télévisé ce dimanche 08 Mai 2011.

Un semblant de  débat d’ailleurs mené par le premier ministre à sens unique.Il n’ y avait qu’à voir la position spatiale de ces journalistes tous assis du même côté par rapport à   M. Beji Caid Essebsi, ce qui les empêchait à coup sûr de pouvoir communiquer visuellement entre eux et donc de diriger ce débat.

Dorénavant il existe maintenant une opinion publique en Tunisie dont les gouvernants doivent désormais en tenir compte, par le passé cette dernière était assimilée à un troupeau de moutons plus ou moins dociles.

Il n’ y a pas de fumée sans feu.

Les réactions intéressantes de l’artiste Raouf Ben Yaghlane et de Ryadh Guerfali de Nawwat.org à cette affaire.

Encore un problème de sécurité chez WordPress.com

Il n’ y a pas si  longtemps le fondateur de WordPress Matt Mullenweg écrivait dans un billet sur son blog que beaucoup de moyens  étaient  mis en oeuvre afin de rendre les blogs hébergés sur cette plate-forme disponibles le plus longtemp possible.

Des problèmes de maintenance du réseau peuvent causer  des interruptions dans  les services de WordPress.com, que vous avez sans doute remarqué si votre blog est hébergé sur ce site, des attaques quotidiennes DDOS tentent d’affecter les publications des contenus en ligne  voir mon récent  billet ici.

Mais voila que maintenant l’on parle purement et simplement du piratage de WordPress.com et peut être de son pillage avec le vol de données !

Dans un nouveau billet  » Security Incident  » en date du  mercredi 13 avril  Matt Mullenweg annonce dans un souci de transparence qu’  Automattic  l’hébergeur de WordPress aurait subi une attaque de bas niveau qui aurait permis de récupérer du code propre à la plateforme de blog et des informations concernant des comptes hébergés.

Bien que la majorité du code est open-source, des données privées appartenant aux partenaires de WordPressont ont pu être dérobées.

Toute fois WordPress annonce avoir pris les mesures adéquates  pour que ce genre d’incident ne se reproduise, merci Matt !

Conclusion, en recommandation aux blogueurs liés  » à cette maison  »  comme moi une modification du mot de passe est conseillée.

Il faut donc en choisir un plus sûr et surtout éviter d’ utiliser le même pour des sites différents.

Security Incident 

Est-il dangereux de tirer en l’air?

Plusieurs fois je me suis posé la question suivante : lorsque on tire une rafale en l’air à la verticale ou à l’oblique, où vont les balles ?

On a peut être  tendance à l’oublier mais elles finissent bien théoriquement par retomber au sol , soit sur le lieu du tir ou à quelques centaines de mètres si le tir était oblique.

Dans ces deux cas, une balle en retombant a t ‘elle l’énergie nécessaire pour tuer quelqu’un ou le blesser sérieusement ?

Depuis le déclenchement de la révolution en Tunisie à la mi décembre 2010 jusqu’à présent, l’on n’arrête pas de tirer en l’air tour à tour dans  les pays arabes touchés par  le vent de  la  révolte.

Cela a commencé en Tunisie puis en Egypte par les tirs de sommation des militaires pour contenir le débordement des foules,   à la Lybie où cette fois les pro et anti Kadhafi tiraient en l’air au gré des victoires sans oublier le Yemen.

Pour illustrer ce phénomène voici une vidéo assez spectaculaire que j’ai prise sur les lieux mêmes d’un tir de feu de  sommation bien nourri par les militaires tunisiens.

Cela s’est déroulé pendant la fameuse journée du 20 Janvier 2011 lors de la manifestation devant le siège du RCD demandant sa dissolution.

Après quelques heures d’une ambiance pacifique et  bonne enfant , j’ai trouvé intéressant de filmer un sympathique monsieur en train d’improviser une musique à l’aide des restes de cornières ayant servi à fixer l’enseigne du RCD .

Je ne sais pas ce qui leur a pris, mais les soldats qui  formaient un cordon de sécurité devant le building à l’avenue Mohamed V ont commencé à tirer en l’air  avec furie, excédés sans doute par des manifestants voulant s’introduire dans l’enceinte du bâtiment.

D’ailleurs immédiatement après l’officier supérieur  ayant vu que ces jeunes militaires ont dépassé leur limites s’est jetté sur l’un deux pour qu’il arrête de tirer en l’air en le réprimandant comme un gamin gâté, scène irréaliste à laquelle je venais d’assister.

Mais hommage quand même à notre armée nationale qui essaie tant bien que mal à maintenir l’ordre et la sécurité après l’effondrement du régime déchu en Tunisie.

Plus d’informations sur la dangerosité de ces tirs, consulter cet article de slate.fr.

Un peu de turbulence (via Encore un blog WordPress)

Voici un article daté du 8 Mars 2011 trés intéressant à mon sens sur les moyens mis par l’équipe WordPress afin d’améliorer la disponibilité des blogs que ce site héberge.

Vous avez probablement noté, la semaine dernière, un peu de turbulence sur WordPress.com, due à une attaque DDoS largement discutée, et puis à une autre interruption, il y a quelques heures causée par un problème de maintenance du réseau, sans rapport avec l’attaque DDoS. Notre mission est avant tout de permettre à tout le monde publier, et tout ce qui affecte la disponibilité de votre site ou tableau de bord, est une entrave. Une disponibilité d … Read More

La super pleine lune de ce mois de Mars 2011

Ce 19 du mois de mars 2011 a connu un phénomène astrologique  à la fois assez rare et magnifique à observer, la super pleine lune.Le dernier s’est produit il y a 18 ans !

A l’heure de la pleine lune, le soleil éclairait de façon optimale  l’astre lunaire qui était au plus près de la Terre  à 356 577 km, donc les deux conditions étaient réunis pour que l’on puisse assister à ce beau spectacle de la nature.

Pour ma part j’ai malheureusement raté ce rendez vous mais me suis rattrapé deux jours après c’est à dire le 21 mars pour essayer d’ immortaliser avec mon appareil photo ce moment magique.

Voici une des meilleures prises que j’ai pu réaliser, on peut observer les cratères ainsi que les mers lunaires (zones sombres).

Wini Leflous ? Ou est passé l’ argent ?

Clip vidéo du talentueux groupe Tunisien Si Lemhaf

Communiqué de presse  du Département fédéral des affaires étrangères de la Suisse.

Modification de l’annexe de l’ordonnance instituant des mesures à l’encontre de certaines personnes originaires de la Tunisie
04.02.2011

Le Département fédéral des affaires étrangères a modifié l’annexe de l’ordonnance instituant des mesures à l’encontre de certaines personnes originaires de la Tunisie. Le Conseil fédéral avait pris rapidement l’initiative de bloquer préventivement des avoirs, dans le but de faciliter l’entraide judiciaire internationale, pour le cas où les autorités tunisiennes engageraient des poursuites pénales. Depuis, la Tunisie a fait parvenir à la Suisse une demande d’entraide judiciaire. En conséquence, les informations sur les personnes visées par les mesures suisses ont pu être adaptées en fonction des procédures judiciaires engagées et prévues en Tunisie. Les modifications entrent en vigueur aujourd’hui.

Le Conseil fédéral a adopté l’ordonnance instituant des mesures à l’encontre de certaines personnes originaires de la Tunisie le 19 janvier 2011. L’annexe de l’ordonnance, qui répertorie les personnes concernées par ces mesures, peut être modifiée par le DFAE. La liste de ces personnes a été établie en fonction des connaissances disponibles à un moment précis et peut être modifiée par le DFAE si de nouvelles informations lui sont communiquées.

Le blocage préventif des avoirs de l’ancien président tunisien et de ses proches avait pour but d’empêcher que des fonds ne soient transférés de Suisse à l’étranger avant que les autorités tunisiennes n’aient pu engager des procédures judiciaires et faire parvenir à la Suisse une demande d’entraide internationale en matière pénale. Entre-temps, la Tunisie a déposé une demande en ce sens, en communiquant à la Suisse la liste des proches de l’ancien président. L’annexe de l’ordonnance peut donc être modifiée en fonction des procédures engagées et prévues en Tunisie.

Ces modifications entreront en vigueur le 4 février 2011.

La nouvelle annexe recensera donc un total de 48 personnes dont les avoirs et autres biens sont bloqués en vertu de l’ordonnance. 23 noms ont été ajoutés à l’annexe de l’ordonnance.

http://tinyurl.com/6lb9ukb

La cyber-censure dans le monde d’après Reporters Sans Frontières

 

Reporters Sans frontières a publié la carte mondiale de la cyber-censure lors de la journée mondiale du 12 Mars 2011 contre la cyber-censure.

Faits remarquables sur cette carte c’est le reclassement de deux pays, à savoir la Tunisie qui est passée de pays ennemi d’internet à pays sous surveillance au lendemain de la révolution tunisienne et la mise sous surveillance du pays des droits de l’homme la France.

 

Cliquez dessus pour agrandir

Tandis que Nawaat.org le blog Tunisien symbole de la résistance sur le net au régime de Ben Ali s’est vu attribué le prix Reporters Sans Frontières du Net-citoyen, encore une autre consécration méritée.

Dans son rapport RSF souligne l’importance de l’internet à travers les principaux réseaux sociaux Twitter et Facebook  dans l’accompagnement et l’amplification des révolutions en Tunisie puis en Egypte, révolution tunisienne qui a fait des émules jusqu’en Chine avec la ‘ Jasmine rallies ‘.

Les manifestants transformés en journalistes citoyens ont relayé sur les réseaux sociaux les images des manifestations prises grâce aux téléphones portables, notamment en Tunisie  lorsque les journalistes étaient empêchés de couvrir les événements.

Le site dédié à la journée mondiale du 12 Mars 2011.

Les dégâts du plus puissant séisme puis tsunami au Japon (Photos et vidéos)

L’ archipel  du Japon vient de connaitre le 11 Mars 2011 sans doute le seisme le plus puissant de son histoire moderne, estimé à 8.9 sur l’échelle ouverte de Richter.

Autant dire un méga séisme dont l’ épicentre est situé en pleine mer à quelques 100 km des côtes Nord Est du Japon.Un fort  tsunami s’en est suivi touchant les côtes japonaises dévastant tout sur son passage laissant derrière lui un paysage apocalyptique.

 

 

En plus des dégats importants sur l’infrastructure du pays et les nombreuses victimes déplorées , on parle d’une ville de 10 000 habitants disparue sous le raz de marée, s’ajoute un risque de contamination par retombée radioactive suite à l’explosion dans la centrale nucléaire de Fukushima.

D’après le premier ministre, le  Japon vit sa plus grave crise depuis la fin de la seconde guerre mondiale en 1945 , ici des photos satellites avant et après le tsunami.

La chaine d’informations ANN News diffuse sur sa chaine You Tube  des vidéos impressionantes montrant l’arrivé du tsunami et la dévastation des côtes maritimes .

Pour mieux suivre et comprendre ces évènements voici le lien du dossier scientifique de Libération avec explications et illustrations  {sciences²}.

Le blog photos du quotidien américain Boston Globe propose une série de photos très impressionantes du séisme  sur son site Boston.com .

Rendre odieuse la dette Tunisienne

Je relaye ci-dessous et à la demande d’ actionsolidairesinternationales l’article  » Rendre la dette odieuse  » relatif  à  la dette contractée par la Tunisie sous l’ancien régime de Ben Ali.

Les auteurs s’appuient sur le concept de la  » dette odieuse  » pour montrer que  le futur nouveau gouvernement démocratique est en droit de déclarer illégale cette dette tunisienne car ayant servi pour assoir un régime despotique et non pour les besoins de l’Etat.

Les auteurs pensent que l’annulation de cette dette permettra à la Tunisie, débarassée de la dictature et des prédateurs du clan Ben Ali-Trabelsi ,  d’utiliser maintenant ses fonds propres  pour   » les dépenses sociales et productives dont elle a besoin  ».

Ce concept de dette odieuse est plus que jamais d’actualité et trouve tout son sens avec les récents événements qui secouent le monde arabe.

Sous couvert de la théorie de  » la dictature ou bien l’islamisme  » des régimes  autoritaires et corrompus  ont étés soutenus par des pays occidentaux grâce à un afflux de capitaux, mais après la chute de ces despotes, les peuples  » libérés  » héritent d’un lourd fardeau à porter qu’est la dette contractée.

Dans le cas Tunisien il faudrait établir la vérité sur la part  de l’argent ayant véritablement servi au pays et celui détourné par l’ancienne dictature , car il est légitime de dire que la population tunisienne  ne peut pas assumer la responsabilité d’une partie de cette dette.

D’autant plus que la dégradation de la note de la Tunisie  par les agences de notation montre bien que l’on fait plutôt confiance à une dictature qu’à un pays en voie de démocratisation.

Alors à quoi bon rembourser ?

Rendre la dette odieuse

Le nouvel ordre colonial permet à des minorités de s’enrichir et de placer le fruit de leur exploitation au Nord, ou dans les paradis fiscaux. Même si les pays du Sud sont apparemment indépendants, l’acceptation au sein de la communauté internationale dépend de la bonne application d’une politique globale. Les révolutions en cours dans le monde arabe vont-elles s’attaquer aux divers mécanismes de domination, comme la dette, la corruption, l’évasion fiscale et la recolonisation des terres (achat massif de terres par les multinationales et les Etats étrangers) ? Le renversement d’une dictature débouchera sur un pouvoir légitime à condition qu’il revienne sur tout ce qui a amené à la stagnation du pays, à son appauvrissement. Les peuples réussiront-ils à exploiter jusqu’au bout la situation qu’ils ont ouverte ? Cela représenterait un précédent considérable pour tous les autres pays néo-coloniaux.

Une fenêtre historique pour l’émancipation

Des régimes illégitimes ont contracté des emprunts énormes auprès d’instances internationales (Banque Mondiale, Banque Africaine du Développement), d’Etats plus riches et d’instances financières privées. Les seuls intérêts de la dette sont si lourds à rembourser qu’ils exigent de réemprunter indéfiniment. Pour faire semblant d’y parvenir, les dictateurs ont accepté des Plans d’ajustements structurels (PAS) imposés par le Fond Monétaire International (FMI) au dépens des dépenses sociales, celles qui bénéficieraient aux populations. Toute ressemblance avec ce qui arrive maintenant en Europe n’est pas qu’une impression… Ici comme là-bas, les partis prétendant incarner l’alternative doivent être jugés en fonction de leur position par rapport à cette question fondamentale : quand donc les richesses produites par le peuple finiront-elles par lui revenir ?

En Tunisie et en Egypte, le pouvoir reste aux mains des mêmes appareils. Les revendications sociales se mêlent aux revendications politiques quand les manifestants ou les grévistes exigent que les responsables de l’ancien système dégagent. Pour que ces pays puissent se développer, les peuples doivent obtenir un changement économique et politique clair. Les coûts de production très compétitifs avec des salaires à « évolution modérée » ont fait de la Tunisie de Ben Ali un vrai paradis pour les investisseurs comme le fait valoir la brochure « Tunisie, des performances à partager» de l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA Tunisie).

Les procédures judiciaires sur les biens mal acquis

La fortune amassée par Moubarak et sa famille est hallucinante. Selon le Gardian, Hosni, elle atteindrait 70 Milliards de dollars. L’essentiel serait entreposé dans les coffres de banques britannique (Bank of Scotland, filiale de la Lloyds) et suisse (UBS), ou consisterait en biens immobiliers à Londres, New-York, Los Angeles ou le long de la Mer Rouge. Selon Christopher Davidson, professeur spécialiste du Moyen-Orient, à l’université de Durham, Mubarak, sa femme et ses deux enfants ont accumulé leurs richesses grâce à de nombreux partenariats avec des investisseurs étrangers. Selon l’anecdote rapportée par un journal algérien, à un importateur égyptien de Peugeot se plaignant auprès d’Hosni que « son » fils lui a taxé un pourcentage conséquent de son investissement, le Raïs a répondu en substance : « mais enfin, considère mon fils comme le tien ». En Egypte, les politiciens et leurs alliés militaires exigent environ 20% d’intérêts lors de l’implantation d’entreprises, source de profits importants sans apport initial et à peu de risques.

Du côté tunisien, les Ben-Ali-Trabelsi et consorts auraient amassés une fortune estimée à 5 milliards d’euros, selon le magazine américain Forbes. Le président déchu aurait des intérêts dans plusieurs secteurs : banques, transports, immobilier, télécoms, en Tunisie et à l’étranger, souvent aux noms de personnes liges parmi son entourage familier, notamment son beau-frère Belhassen Trabelsi et son gendre Mohamed Sakhr El Materi. Il s’agit de banques privées en Tunisie (Banque de Tunisie), plusieurs compagnies aériennes (Karthago Airlines), des hôtels 5 étoiles en Tunisie (Karthago), des hôtels particuliers en Argentine, à Dubaï, au Canada… Sans parler de ses nombreuses villas luxueuses en Tunisie (Sidi Bou Saïd, Port El Kantaoui, Monastir, Utique…)

Dans les deux cas, une partie de la fortune doit très probablement dormir au chaud dans des paradis fiscaux.

Une bataille judiciaire contre les corrompus et leurs complices corrupteurs

Trois associations (Sherpa, Transparence International France et le Comité arabes des Droits humains) « ont déposé une plainte auprès du Procureur de la République de Paris à l’encontre de différents membres des familles Ben Ali et Trabelsi dans le but d’obtenir l’ouverture d’une information judiciaire relativement aux avoirs qu’ils possèdent en France. » Cela a été suivi le 24 janvier 2011 de l’annonce par le parquet de Paris de l’ouverture d’une enquête préliminaire. Les trois organisations « auraient préférées l’ouverture d’une information judiciaire et la désignation d’un juge d’instruction, le cadre de l’instruction étant plus adapté pour obtenir rapidement le gel des avoirs et accéder aux demandes d’entraides judiciaires internationales. »

Notons aussi que cette enquête préliminaire a été ouverte avec un délai suffisant pour permettre à l’essentiel des fonds de disparaître… Interrogé par Libération le 18 janvier, l’avocat William Bourdon de l’organisation Sherpa, qui s’est déjà illustré dans une plainte concernant les biens mal acquis de trois dirigeants africains, signale que Ben Ali avait la veille, le 17 janvier, vidé ses comptes en Suisse, ce qui « pose d’ailleurs des questions sur l’attitude de ces banques ». Selon une source diplomatique, l’Union européenne (UE) a ensuite acté jeudi 20 janvier le principe d’un gel des avoirs de Zine El Abidine Ben Ali et de ses proches, mais la décision formelle n’interviendrait qu’une dizaine de jours plus tard.

Après avoir cautionné Ben Ali pendant fort longtemps en fermant les yeux sur son régime, les médias occidentaux ont été forcés à parler de dictature et de régime corrompu mais on n’entend jusqu’à présent pas parler des corrupteurs. Il ne saurait pourtant y avoir de corrompus sans corrupteurs.

Pour récupérer les sommes considérables placées au Nord, la bataille judiciaire est l’affaire de spécialistes. Mais cette bataille demande un soutien populaire et des informations militantes. Le Canada est disposé à geler les avoirs de Ben Ali, s’il reçoit les documents de la part des autorités tunisiennes. Cela nécessite une pression internationale, une campagne unitaire d’interpellation des responsables de la Justice.

La dette et ses vautours :

Pour s’armer et construire une industrie au service du Nord, les régimes dictatoriaux ont contractés une dette importante dès les années 60, les pays du Sud qui sera multipliée par 12 entre 1970 et 1980, les mettant dans une situation économique intenable. De nos jours, la dette extérieure (privée et publique) des pays en voie de développement s’élève à 2600 milliards $. La réponse du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale aux difficultés de ces pays est la conception des « fameux » plans d’ajustement structurels (PAS), qui conditionnent l’octroi de toute nouvelle aide. Concentrés de mesures macroéconomiques ultra-libérales destinées à rétablir la solvabilité des pays, ils combinent privatisations, coupes sévères dans les dépenses publiques, dévaluation monétaire, libéralisation des mouvements de capitaux, suppression des barrières douanières et désengagement de l’Etat. Leurs coûts sociaux et humains se révèlent désastreux. En imposant des modèles exclusivement tournés vers l’exportation de produits aux cours fluctuants, ces plans drastiques ne permettent même pas de restaurer la solvabilité des pays du Sud. Pire, ils alimentent la spirale de l’endettement et maintiennent les peuples colonisés dans la misère.

Plutôt qu’une aide, la dette est un moyen de captation des richesses et de pression sociale sur les pays du Sud.

L’exemple tunisien, et la doctrine de la « dette odieuse »

En arrêtant de rembourser une dette odieuse dont seule la dictature a profité, la Tunisie pourrait utiliser son argent pour les dépenses sociales et productives dont elle a besoin. Cette dette s’élève à 21,8 milliards d’euros en 2008, ce qui représente 130% du PIB. De 1990 à 2008, le service de la dette a récupéré plus de 18,5 milliards d’euros sur le dos des tunisiens.

Les cas de l’Argentine et de l’Equateur sont intéressants. Ces pays, après avoir suspendu unilatéralement le payement et renégocié leurs dettes, n’ont pas connu le chaos qui leur était prédit. Cela a libéré des fonds pour augmenter les dépenses sociales dans la santé, l’éducation et dans le développement d’infrastructures de communication.

La Tunisie sort directement de la dictature ; le nouveau gouvernement démocratique, une fois en place, a toute légitimité et tout intérêt à déclarer illégale la dette contractée depuis le putsch de Ben Ali. Cet acte souverain s’appuie sur le droit international. La doctrine de la dette odieuse, élaborée en 1927, stipule que : « si un pouvoir despotique contracte une dette non pas pour les besoins et dans les intérêts de l’État, mais pour fortifier son régime despotique, pour réprimer la population qui le combat, cette dette est odieuse pour la population de l’Etat entier (…). C’est une dette (…) personnelle du pouvoir qui l’a contractée, par conséquent elle tombe avec la chute de ce pouvoir. » La Tunisie de Ben Ali répond parfaitement à cette doctrine. Un audit de la dette odieuse pourrait lui servir entre autres à montrer les complicités en vue d’exercer des poursuites contre ces responsables.

Les agences de notation dégradent la note de la Tunisie, montrant une fois de plus que les acteurs financiers préfèrent une population opprimée et une dictature qui protège les intérêts des détenteurs de dette plutôt qu’une population libre bénéficiant des richesses de son pays. Toutefois, la situation économique de la Tunisie sera bien meilleure si le pays se dégage de la dette contractée par la dictature.

Nous pouvons contribuer à la réussite de la révolution dans des pays que notre Etat a opprimés, et opprime encore.

Daniel, Leila et John.

Pour aller plus loin.

 » Yesterday we killed you in Ben Jawad  »

Les pro-kadhafi semblent reprendre du poil de la bête. Après avoir perdu tout l’Est libyen voila qu’ils contre-attaquent à l’ouest du port pétrolier de Ras Lanouf tentant de déloger la rebellion par des bombardements aériens et terrestres.

 

Rapport des forces pro et anti Kadhafi d'après le site de la BBC

Au passage la ville de Ben Jawad qui était conquise par les insurgés est retombée entre les mains des troupes loyales à Kadhafi.Voici des images de Libya TV montrant les gros bras de l’armée loyale à Kadhafi parlant de leur victoire à Ben Jawad avec toujours la même rhétorique :  » ces rebelles sous l’emprise de la drogue ne savent plus ce qu’ils font ni même où ils sont, une fois passé l’ effet des stupéfiants   »

Ecoutez ce malabar qui fier de lui, s’exprime en anglais pour savourer sa victoire et prédir la reconquête de tout le territoire libyen par les forces de Kadhafi,

 » Yesterday we killed you in Ben Jawad, today we killed you in Ras Lanouf , tomorrow we will kill you in everywhere in Libya  »

 

Pilonnage intensif à l’ouest de Ras Lanouf – Libye – Actualités internationales – FRANCE 2 : toute les informations internationales en direct – France 2.

Photos d’un bunker de Kadhafi

Le site libyafeb17.com qui suit en temps réel depuis l’appel du 17 février les évènements de la révolte en Libye a posté une gallerie photos d’un bunker de Kadhafi, sans préciser toutefois dans quelle région il a été découvert , dans la ville d’Al Baida peut être.

Cliquez sur l'image pour accéder à la galerie photos

Ce bunker  relativement  bien entretenu était prêt à l’accueillir lui et son état major, mais peut être pour toute autre circonstance qu’une révolte populaire qu’il n’aurait pas prévu.

 

 

La conférence de presse du nouveau premier ministre provisoire B.CAID ESSEBSI

Après l’annonce hier par le Président de la République par intérim, M. Foued Mebazaa, de l’entrée du pays dans une nouvelle phase qui rompt définitivement et de manière irréversible, avec le régime déchu et de la tenue d’élections pour élire une Assemblée Nationale Constituante voici :

Les grandes lignes de la  conférence de presse  tenue aujourd’hui le 04 mars 2011 par le nouveau premier ministre provisoire Béji Caid  ESSEBSI dont la volonté est manifeste de détendre l’atmosphère et donner un véritable nouveau départ dans le pays.

1. L’état Tunisien doit retrouver son prestige et son autorité en ramenant la sécurité dans le pays , effort qui demandera plusieurs mois.

2. L’ancien président Ben Ali en fuite ( qualifié de déserteur ), en tant que commandant en chef  des armées a commis une haute trahison envers l’état pour avoir rennoncé à assumer  sa responsabilité  d’assurer la stabilité et la sécurité de la Tunisie.

3. Je comprend après cette révolution,  l’explosion des tunisiens et même certains dépassements  après deux décennies d’oppression du régime dictatorial de Ben Ali

4. Le tourisme vecteur important de l’économie nationale doit redémarrer dès à présent pour sauver la saison touristique à venir.

5. Il fut un temps où  le mot  » dégage  » était justifié et avait son importance, maintenant il faut lui trouver un remplaçant plus positif.

6. La majorité des Tunisiens approuve la tenue d’élections pour la nouvelle Assemblée Constituante dans les meilleurs délais.

7. Le gouvernement actuel est certe  provisoire mais il a une importante  mission de sauvetage du pays.

8. L’ abandon de la constitution de 1959 implique que toutes les institutions s’y référant seront caduques y compris la chambre des députés.

9. Le gouvernement provisoire disparaitra avec l’élection de la nouvelle Assemblée Constituante, mais jusqu’à cette date il travaillera sans relâche pour le bien de la Tunisie.

10. La jeunesse doit faire confiance au gouvernement et à son avenir.

11. Avec humour , le premier ministre dit ne posséder que sa propre voiture,  » la conviction est une source de richesse intarrissable  » rajoute t’ il.

 

C’est le  premier discours d’un homme politique n’utilisant pas la langue de bois depuis l’arrivée au pouvoir de Ben Ali en 1987, il était temps !

Astuce pour les futurs révolutionnaires

Peuples du monde vous avez soif  de liberté , vous voulez vous débarrasser de votre dictateur.Vous avez bien compris qu’il ne faudrait plus compter que sur vous même pour le faire, vous qui avez suivi la grande révolution de la Tunisie à l’Egypte en passant par la Libye.

N’attendez point d’hypothétique salut d’aucun pays  » occidental  » ou du pays  de l’oncle Sam, surtout ne vous faites pas mener et doubler par un leader, ce n’est plus la mode, les révolutions modernes se font par les peuples.

Comme en Tunisie et ses voisins manifestez vous pacifiquement  dans la rue, armez vous de vos téléphones portables avec caméra bien sûr  puis diffuser vos exploits sur le net grâce à Facebook .

Mais surtout pour que votre révolution ait plus de  chance de succès , pour vous attirer la sympathie des  médias étrangers, cherchez bien qui des personnalités politiques étrangères, de préférence française, aurait pu venir passer des vacances au frais de la princesse dans votre pays .

Sans exception, ces trois pays ont tous accueilli un ami, le scandale est assuré .

Mam ,Michèle Alliot-Marie

François Fillon

Henri Guaino

La situation des réfugiés à la frontière tuniso-libyenne (Rass Jdir) s’aggrave

Fuyant l’insurrection en Libye, de nombreux réfugiés de plusieurs pays y compris Tunisiens, ont traversé la frontière tuniso-libyenne par le poste de contrôle de Rass Jdir vers la zone de transit prévue pour les acceuillir.

Les autorités tunisiennes doivent donc gérer un afflux massif de travailleurs Egyptiens,Chinois, Turques et du sous continent Indien préférant fuir l’ouest de la Libye par la route.

Le dispositif mis en place par le Croissant rouge tunisien, l’armée tunisienne, les bénévoles des villes avoisinantes a été renforcé par les équipes du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) pour accueillir, soigner, puis diriger ces réfugiés vers l’aéroport de Djerba ou les ports maritimes suivant le mode d’évacuation choisi par leus pays.

pont aérien egyptien

Mais d’après le responsable militaire de ces opérations, ce sont les transports aériens et maritimes qui ne suivent pas le grand flux des quelques 75.000 personnes ayant transité par la Tunisie.

La situation humanitaire de ces réfugiés est alarmante, mais apparemment l’armée a toujours le contrôle sur les évènements , mais jusqu’à quand ?

Démission du premier ministre Mohamed Ghannouchi et manifestations de soutien

Le premier ministre Mohamed Ghannouchi vient d’annoncer sa démission de la tête du gouvernement de transition de la Tunisie.

Lors d’ une longue conférence de presse retransmise par Al Jazeera , la télévision nationale étant en grève,le premier ministre a fait le bilan de sa courte présence dans ce gouvernement pour ensuite annoncer cette démission.

 » Je ne serai pas le Premier ministre de la répression » –  « Je ne suis pas le genre de personne qui va prendre des décisions qui pourraient provoquer des victimes » a t il déclaré pour expliquer sa décision, dans le but de décrisper la situation qui s’est dégradé dans le pays.

Le gouvernement de Ghannouchi a toujours subit et n’a jamais  pris les devants reculants ou prenant des décisions sous les coup de butoir de la rue.

L’épisode de la nomination de ministres et de gouverneurs de l’ancien RCD, puis leur changement après la colère de la rue montrent bien une fébrilité de ce gouvernement dirigé par Ghannouchi.

Ajouté à cela un déficit dans la communication extérieure avec le peuple et les médias ne l’a pas aidé  à se défaire de  son image qui colle trop avec le passé alors que la rupture devait être nette dans l’esprit des tunisiens.

Apparemment l’appel aux services de la bande à Hakim El Karoui n’a fait qu’empirer les choses.

Une manifestation de soutien s’est aussitôt tenue devant son domicile pour réclamer son retour.  » Le peuple veut Mohamed Ghannouchi  » ont scandé les gens présents devant la porte d’entrée de sa maison à El Menzah 5.

Un journaliste de la télévision nationale présent sur place  a été pris a partie par certains manifestants tandis qu’il expliquait qu’il avait démissionné.Le premier ministre avait accusé cette télévision d’être à l’origine d’un acharnement contre sa personne.

C’est Béji Caïd Essebsi un ancien ministre de Bourguiba, notamment aux affaires étrangères, qui vient d’être annoncé comme son successeur.

Une difficile mission l’attend, celle de sortir le pays de la situation infernale dans laquelle il se trouve à savoir, le  pouvoir qui appartient à la rue !

Scènes de batailles rangées à Tunis le 25 et 26 Février 2011

Le 25 février 2011 l’appel pour exprimer son mécontentement au gouvernement de transition actuel a donné lieu à une importante  manifestation pacifique à la place de la Kasbah haut lieu du pouvoir Tunisien.

Mais ce mouvement de protestation s’est  transformé durant les journées du 25 et 26 février en véritable guérilla urbaine à l’avenue Bourguiba devant le Ministère de l’Intérieur puis dans les rues avoisinantes,suite au déplacement de la foule des protestataires vers le centre ville.

Tentatives d’attaque et de sacage en règle des locaux de ce ministère, bris des devantures et pillage des grands magasins, dégradation du mobilier urbain etc..

Il ne fait pas de doute que des personnes  mal intentionnées profitent de la destruction du mur de la peur de manifester depuis le 14 janvier (date de départ de BenAli ) pour infiltrer  ces mouvements de protestations par des casseurs.

Dans une interview exclusive accordée à Al Jazeera, le premier ministre provisoire, Mohamed Ghannouchi, a dévoilé que ces violences sont préméditées.C’est ainsi qu’il a révélé qu’une personne a été arrêtée en possession dans sa voiture d’une somme de 90 000 dinars (près de 50 000 euros), cette somme sans doute était destinée pour rémunérer les agitateurs.

Suite aux arrestations faites ces deux derniers jours,  une enquête est en cours afin de déterminer la vérité sur les parties qui tentent la déstabilisation du gouvernement  et du pays.

Le fantôme de ben Ali n’a pas fini de rôder sur la Tunisie.

Isolé, Kadhafi tiendra t’il longtemps ?

Comme en Tunisie et en Egypte, les discours pronnoncés par le dirigeant libyen et son fils n’ont fait qu’attiser les flammes de la révolte.

Seif El Islam Kadhafi en premier orateur à la télévision libyenne a brandit le spectre de la guerre civile et menacé le pays d’une rivière de sang.La libye est un  » pays tribal  » a t’il martelé tout le long de son discours, » vous allez vous battre entre vous et perdre le bénéfice du pétrole car vous serez incapable de l’extraire,vous allez reculer de quarante années en arrière » .

Il ne fait pas de doute que le clan des Kadhafi entend garder la main sur le pays en essayant d’entretenir le doute dans l’esprit des libyens.Mais comme en Tunisie et en Egypte c’est l’effet inverse que l’on a observé.

Pourtant Seif El Islam Kadhafi est considéré comme la carte modérée de ce  régime fermé, synonyme de réformes en faveur de la jeunesse libyenne.

Son père n’a  guère fait mieux, il est apparu à la télévision libyenne pour la première fois depuis les évènements qui secouent le pays,démentant  les rumeurs de son départ précipité pour le Venezuela.
On l’a vu quelques secondes sous la pluie tenant un parapluie,prononçant ces quelques phrases :

« Je veux montrer que je suis à Tripoli et non au Venezuela. Ne croyez pas les chaînes de télévision qui appartiennent à des chiens errants »
« Je voulais dire quelque chose aux jeunes de la place Verte et veiller tard avec eux mais il a commencé à pleuvoir. Dieu merci, c’est une bonne chose »,

pour ensuite remonter dans sa voiture électrique.

Le voici dans le rôle inédit de Mary Poppins loin de l’image du  » Roi des Rois Africains  » qu’il véhicule depuis ses échecs de création de  l’union des pays arabes depuis les années soixante dix.

Après ce discours peut être le plus court qu’ait tenu un dirigeant, il en a prononcé un second ( devenu ennuyeux à suivre) lors d’une mise en scène  le 22 février  dans les ruines de Bab El Azizia , son quartier général bombardé par les américains en 1986.


Dans une ambiance quasi hallucinante  enchainant des moments de colère à d’autres plus calmes, le guide libyen a  relaté des faits historiques de révolutionnaires, ensuite menacé  les manifestants de la peine de mort en tenant dans ses mains un exemplaire de son livre vert, manifestants qu’il a  accusé d’être sous l’emprise de la drogue.

Des Tunisiens ont d’ailleurs été montrés à la télévision libyenne avouant (sans doute sous la torture ) qu’ils étaients liés au soulévement par la  fourniture de ces stupéfiants  et la  distribution de tracts.
En guise de réponse aux appels de son départ,  Mouammar Kadhafi a répondu qu’il n’avait  pas de poste officiel pour qu’il en démissionne.

Il a même été dire que la violence n’a pas encore été utilisée jusqu’à présent et qu’ il promettait de mater la rebellion contre son pouvoir en purgeant la Libye quartier par quartier, ruelle par ruelle,maison par maison.
Il ne fait pas de doute que Kadhafi en parfait mégalomane est complétement déconnecté de la réalité, il vit dans sa bulle il n’a pas osé le  » on m’a menti sur la situation  » du dernier discours de  Ben Ali.

Aujourd’hui la libye est coupée en deux, le pouvoir  a perdu la région de la Cyrénaique qui est tombée sous le contrôle des insurgés et des militaires qui les ont rallié.
Même les tentatives de bombardement des villes de l’Est par l’aviation ont échoué, un pilote et son adjoint  refusant d’obéir à des ordres de bombarder la ville de Benghazi, se sont éjectés de leur avion un Sukhoï 22 de fabrication russe.

Les défections  sont de plus en plus nombreuses au sein de l’appareil sécuritaire, le ministre libyen de l’Intérieur, Abdel Fattah Younès al Abidi, a laché le régime de Mouammar Kadhafi et annoncé son soutien à la « révolution du 17 février ».

Les premiers journalistes étrangers ont pu traverser la frontière avec l’Egypte et réaliser des reportages témoignant de la perte de contrôle par le pouvoir libyen de la région en question.

Kadhafi est retranché dans son fief de Tripoli qui n’est pas encore tombé grâce à une répression aveugle menée par des mercenaires africains et même serbes dit on.

Pendant ce temps un véritable pont aérien a été établi entre la Libye et les autres pays afin d’évacuer leurs ressortissants.Plusieurs réfugiés ont traversé  les frontières avec la Tunisie et l’Egypte voisines .

Seif El Islam bras droit de son père,est intervenu aujourd’hui sur la chaîne nationale libyenne pour démentir les informations de chaînes étrangères assurant que l’Etat libyen gère la situation.
Il a défié quiconque des journalistes de la CNN, BBC , Al Arabiya (pas de Jazeera bien sûr) qui seront invités à rentrer dans le territoire de pouvoir observer des traces de bombardements dans la ville de Tripoli.


De son côté Libya TV a montré dans un reportage  des passeports egyptiens et des CD décrivant   » l’art du terrorisme  »  appartenant à des personnes qu’elle nomme  » membres criminels exécutant un complot contre le peuple libyen « .

Remarquer au fond à gauche de la vidéo un CD d’anti-virus Kaspersky 2009 et à droite un autre portant la mention offic XP, étonnant pour des terroristes qui sont accusés de répandre des techniques subversives aux Libyens.Cela ressemble à des preuves fabriquées.

Mais l’opposition tient tête et  envisage de marcher sur Tripoli pour faire tomber le régime de Mouammar Kadhafi.

Isolé et fidèle à sa rhétorique, Kadhafi vient encore une fois de dénoncer ce jeudi 24 janvier 2011 dans  une  allocution téléphonique à la télévision libyenne  le complot d’el Quaida sur la Libye en désignant la responsabilité de Ben Laden.Il tente de gagner du temps en essayant par la propagande de remobiliser le dernier carré de ces fidèles.

Dans sa logique de révolutionnaire il ne semble plus compter que sur un renfort de mercenaires africains pour espérer renverser la vapeur et se maintenir au pouvoir, mais à quel prix ?


La libye explose, le régime de Kadhafi se fissure

 

Le monde arabe subit les effets de la révolution tunisienne qui a débuté en décembre 2010 et qui n’est d’ailleurs pas fini pour l’instant vu la présence de l’ombre du régime de Ben Ali.

Après l’Egypte,le Yemen, le Bahrein voila le tour de la Libye  qui est secouée par un soulévement populaire sans précédent ayant démarré à Benghazi dans la Cyrénaique, c’est à dire l’Est du pays.

A l’heure qu’il est la contagion gagne l’ouest du pays pour se rapprocher inexorablement de la capitale Tripoli.

Epris d’un désir de liberté comme ses voisins  Tunisiens et Egyptiens, le peuple descend pour demander le changement de ce  régime corrompu mené d’une poigne de fer par l’indéboulonnable Kadhafi depuis 1969.

Et comme pour ces deux pays la mobilisation s’est faite grâce à internet  notamment sur facebook pour une journée de la colère le 17 février

 

 

Pour seul réponse ce criminel de Kadhafi, réprime  son peuple avec des mercenaires de l’Afrique sub saharienne qui utilisent des armes lourdes de la DCA , ainsi que des hélicoptères armés.  Les morts se comptent par dizaines pour seulement quelques jours de soulévement.

L’internet est coupé, les communications téléphoniques avec l’étranger ne sont possibles que dans le sens international vers la Libye et Al Jazeera est brouillée depuis un centre des services secrets au sud de Tripoli.

 

 

Mais d’après les témoignages de Libyens de l’intérieur et des exilés en Europe, il semblerait que ce soit la fin de Kadhafi car les tribus se rebellent contre son pouvoir et une partie de  l’appareil sécuritaire commence à le lâcher.

Il va sans doute bientôt subir le même sort que son frère Ben Ali, ironie de l’histoire Leila Trabelsi qui semble t’il a voulu s’installer en Libye après sa fuite  ne lui a pas porté chance.

Là où Leila passe , tout le monde trépasse.

Le trésor des Ben Ali volé à la Tunisie, caché dans leur palais de sidi bou said

La télévision nationale vient de montrer dans un reportage stupéfiant tout l’argent détourné par la famille des Ben Ali.

Des devises étrangères en pagaille, des liasses de billets à profusion  provenant de la banque centrale , des enveloppes contenant de l’argent déstinées sans doute à récompenser les serviteurs du régime mafieux, les bijoux de Leila Trabelsi , le tout caché dans  plusieurs coffres-forts.

Ce qui est étonnant c’est qu’apparemment  les coffres-forts ont été ouverts sans les forcer.

Les ben Ali comptaient  ils tout vider et fuir avec ce trésor? Est ce la panique et le manque de temps pour rejoindre l’aéroport qui n’ont pas permis que cela se fasse ?

Le clou du spectacle c’était la fausse bibliothèque qui cachait un coffre-fort, étrange idée pour une personne inculte comme ZABA de posséder une soi disant  collection précieuse de livres.

Mais à la vue de la couleur mauve de certains livres on comprend très vite la supercherie !

Et comme quoi même le dictateur était obligé de cacher son trésor dans des coffres-forts de peur de se faire cambrioler lui qui a fait de la Tunisie une prison à ciel ouvert.

 

 

Les vidéos (désolé pour le problème de son) :

 

 

 

 

Après les kiosques 7 Novembre voici les kiosques de la Révolution.

Le pays connait parallèlement à la vague d’insécurité une autre vague celle des constructions anarchiques sans autorisation municipale.

Particulièrement dans la ville de l’Ariana  de nombreux kiosques poussent comme des champignons d’une manière anarchique par ci par là.

Les opportunistes changent de camp !

 

Les forces de sécurité tunisiennes nettoient la zone touristique de Hammamet

 

La garde nationale et police nationale mettent les bouchées doubles pour sécuriser la zone touristique de Hammamet.

Lors de ce reportage retransmis par la télévision nationale les interventions des agents et officiers de la sécurité nationale montrent une volonté réelle de stopper la vague d’insécurité que connait le pays depuis le déclenchement de la révolution tunisienne.

En effet certains individus veulent se mettre hors la loi et espérent créer le chaos pour  profiter de la situation .

La police et garde nationale font leur maximum et demandent l’aide de la population en espérant instaurer un nouveau climat de confiance citoyens forces de l’ordre .

Kadhafi le Mao vert lance la contre-révolution

Reuters

Février 2011, pour prévenir son renversement  Kadhafi en guide futé de la révolution libyenne a lancé la contre-révolution des le début du soulévement des libyens essentiellement en Cyrénaique ( Est de la Libye ).

Les récents évènements en Tunisie puis en Egypte lui ont apporté le recul nécessaire pour analyser la situation chez lui et prendre ces mesures.

Benghazi la deuxième plus grande ville du pays proche de l’Egypte voisin a une tradition de contestation du régime plus marquée que dans les autres régions.

C’est là que se déroule l’essentiel de la contestation sous formes d’affrontements meurtriers avec la police locale et peut être les milices du pouvoir appelées là bas  » comités populaires », selon un premier bilan 24 manifestants seraient tués, d’après l’organisation Human Rights Watch (HRW).

Des partisans mobilisés par le régime de Kadhafi manifestent dans le centre de Tripoli la capitale qui pour le moment est  » fidéle au régime  » en brandissant des portraits de leur  » guide  » ainsi que les fameux drapeaux verts de la Libye.

La nuit en guise de soutien au guide de la révolution des feux d’artifices sont tirés en l’air,agrémentés par des concerts de klaxons,ainsi qu’un mélange de sirènes et gyrophares.

A longueur de journée la télévision d’état outil de propagande par excellence relait ces diverses manifestations pro-Kadhafi .

En prévision d’une forte couverture médiatique par Al jazeera comme à l’accoutumée, craignant un effet d’embrasement dans les villes en émeutes, la chaine du Qatar elle  aussi est visée par des slogans hostiles.

La libye isolée idéologiquement entre deux pays ayant fait chûter la dictature, est de plus en plus sous la pression d’un  soulévement populaire grandissant et  inédit depuis quatre décennies.Va t’elle résister longtemps aux vents du changements qui n’arrêtent pas de souffler sur le monde arabe.

La jeunesse libyenne mobilisée sur Facebook pour que le jeudi 17 février  soit une journé de colère ose même  s’attaquer aux symboles forts du régime de Kadhafi, dans cette vidéo prise à Tobrouk ville de l’ extrême Est  on assiste à la destruction d’une sculpture représentant le  »  livre vert  » , ce livre à la manière du livre rouge de Mao Zédong en Chine contient la doctrine idéologique de Kadhafi.

http://twitter.com/EnoughGaddafi

Mezri Haddad fonde un nouveau mouvement, n’est ce pas ?

TAP– Mezri Haddad l’ancien porte-parole VRP du clan mafieux de Ben Ali vient d’annoncer la création d’un nouveau mouvement, le Mouvement Néo-Bourguibiste » (MNB).

Ambiance  très tendue entre Jean-Jacques Bourdin et Mezri Haddad sur BFM le 13 janvier 20011.

Cet ancien soutien indéfectible de Ben Ali qui n’a cessé de participer en France à des débats dans les médias pour défendre la légitimité d’un pouvoir corrompu et aux abois affirme que ce mouvement s’inscrit dans la  » fidélité de  l’universalisme humaniste  ».

Mais bon dieu de quel humanisme parle t’il, lui qui a défendu les agissements des snipers de Ben Ali,ceux qui ont abattu de sang froid des victimes  innocentes sorties dans la rue pour exprimer le ras le bol de tout un peuple.

Un sniper identifié par les journalistes de France2 lors de l’émission  » Envoyé spécial « 

Il a traité le peuple Tunisien dans son soulévement pour recouvrir ses droits et sa dignité d’être humain de  » hordes de fanatiques , bolchéviques  »

M.Haddad est le seul non occidental que je connaisse à soutenir la fameuse théorie caduque qui consiste à dire que dans le monde arabe à défaut d’une dictature il n’ y a que l’islamisme pour gouverner. D’ailleurs sa soi-disant  peur  bleue du complot  » islamo-bolchévique  »  trouve des échos hors de nos frontières et quels échos, jugez en par vous mêmes.

M. Haddad vous qui êtes l’inventeur du concept de la  » semi-démocratie  » votre comportement est ignoble,vous devriez avoir honte.

Votre retournement de veste digne du style  tragi comédie après votre démission du poste d’ambassadeur de Tunisie auprès de l’Unesco ,  ne peut nous faire oublier vos interventions télévisuelles honteuses qui nous ont fait tant de mal à nous les Tunisiens qui avons vécu avec peur et émotion les événements de janvier 2011.

Alors que vous gesticuliez tel un pantin de bois dans les studios des médias français nous étions tous dans l’attente de la victoire de nôtre peuple otage d’une  dictature abjecte au service d’un homme et son clan.

Mais  en parfait opportuniste, vous nagez aux grè des courants quitte à défendre des positions indéfendables dans le seul but de servir vos propres intêrets, pour cela vous avez crée ce mouvement.

Non nous n’oublierons pas votre position Monsieur l’ambassadeur, n’est ce pas !

M. Haddad maniant avec dextérité la langue de bois.

Ben Ali serait plongé dans le coma !

 

 

D’après le journaliste Nicolas Beau co-auteur de la Régente de Carthage l’ancien président (de clan) Ben Ali serait plongé dans un coma.

Victime d’une attaque cérébrale il a été transporté d’urgence à l’hôpital de Djeddah en Arabie Séoudite.

Lors de son dernier discours du  13  janvier, ses gestes désordonnés laissaient apparaitre un homme affaibli dont la santé a du patir de son départ forcé de la Tunisie.

source

Les manifestations en Egypte dégénérent

Pro et anti-Moubarak s’affrontent ce mercredi au Caire place Tahrir.

 

 

Les manifestants se battent à coups de bâtons et de jets de pierres sans que l’armée intervienne pour le moment. Il y a une volonté au pourrissement de la situation en Egypte alors que les manifestations étaient pacifiques comme en Tunisie ?

 

 

Spectacle invraisemblable , les pro-Moubarak attaquent les manifestants à l’aide de chevaux et dromadaires. Je ne peux pas m’empêcher de faire le parrallèle avec la tentative veine du RCD de rassembler les pro Ben Ali à bords de voitures de location pour essayer de renverser le cours de l’histoire le 13 janvier 2011.

L’ effet domino est bel et bien tunisien

 

 

L’effet de domino est bel et bien d’origine tunisienne.

La révolution Tunisienne a ouvert une brèche dans le mur de la peur qui paralyse les peuples gouvernés par des dictateurs dans le monde arabe.

 

 

Brèche dans laquelle s’est immédiatement engoufré le peuple égyptien et peut être bientôt d’autres comme en Jordanie, Syrie etc…

Et l’on voit bien à travers les reportages des télévisions la reprise des slogans tunisiens entonnés par les manifestants égyptiens comme le désormais célèbre  » Dégage  »

 

 

N’en déplaise à certains analystes ou responsables qui interviennent ces derniers jours sur les chaines Al Jazeera ou El Arabiya, où j’ai pu entendre ce genre de phrases :  » la révolte en Egypte est la véritable Révolution populaire » ,  » ce qu’a réussit  le peuple Tunisien à faire en quatre semaines les égyptiens l’on fait en quatre jours  »

Comme s’il fallait minimiser le mérite d’un peuple qui a décidé un jour de rompre les chaines de l’injustice.

Je ne vais pas polémiquer sur ce sujet mais il faut bien  rendre à César ce qui est à César. Ce qui est dit.

L’ onde de choc tunisienne atteint l’Egypte.

Le scénario tunisien est en passe de se reproduire dans l’Egypte voisine. Pour une fois notre pays petit par la géographie mais grand par son influence prend les devants dans le Monde Arabe .

Déjà les analystes égyptiens  parlent de 4 mois pour destituer le dictature Ben Ali alors qu’en Egypte 4 jours ont suffit pour ébranler Mubarak , pour le moment rien n’est encore joué.  Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tuer.

Mais c’est sans oublier que  la révolution Tunisienne sert de référence et de recul à tous les protagonistes de cette révolte égyptienne.

Le peuple égyptien a vainçu sa peur,  Mubarak n’a pas beaucoup à réfléchir sur son éventuel sort, quant à l’armée qui lui est réputée fidèle en soutenant  la dictature, a une occasion unique de rentrer dans l’histoire en évitant le pire des scénarios catastrophes pour l’ Egypte.

Au moment où j’écris cet article le président Mubarak est apparu à la télévision nationale égyptienne.

Après un long discours vide de sens il déclare en guise de conclusion qu’il va changer le gouvernement. En fait il n’a rien compris malgré le précédent de  Ben Ali avec son  » je vous ai compris « .

Toujours la même langue de bois et la peur bleu de perdre son fauteuil.

Le scénario tunisien se répéte en Egypte à l’identique.

Caricature parue dans el Watan

 

Manifestations du 27 janvier 2011 à la Kasbah, siège du gouvernement à Tunis

 

 

Les manifestants  campent devant la Kasbah, le siège du gouvernement à Tunis, jusqu’à l’obtention de la satisfaction de leurs revendications à savoir l’exclusion des ministres  »  RCD   »  occupant des postes clés tels que l’Intérieur, la Défense et les Affaires étrangères.

 

Discours improvisé ...

... l'hôtel de ville bien gardé ...

... Al Jazeera International ...

... on se protége comme on peut de la pluie ...

... le Ministère des finances assiégé ...

... la place principale noir de monde ...

... une tente berbere servant d'abris ...

... cet homme me semble insensible à tout ce qui se passe autour ...

... qui l'eut cru un jour ...

 

… le premier Ministère méconnaissable …

 

... les photos des Martyrs, Ben Ali assassin ...

 

... la Tunisie pour et par les Tunisiens.

 

Jusqu’à cet instant la nouvelle composition du gouvernement n’est toujours pas connu,seule  à même de désamorcer la crise que nous connaissons et subissons actuellement.

 

Manifestations du 20 janvier 2011 devant le siège du RCD – II

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Manifestations du 20 janvier 2011 devant le siège du RCD – I

 

 

 

Hier à la mi-journée une foule s’est rassemblée devant le siège de l’ancient parti au pouvoir le RCD.

Dans une ambiance bonne enfant plusieurs centaines de citoyens Tunisiens se sont carrément agglutinés devant les grilles protégeant le siège du parti état qu’était le RCD.

Ils demandaient la fin de ce parti avec les slogans tels que  » RCD out  » ,  » Pain et eau mais pas de RCD  » etc…

Un cordon de sécurité constitué par des soldats de l’armée nationale fleur au fusil était en fait l’ultime  rempart pour empêcher les manifestants de rentrer à l’intérieur de l’enceinte et exprimer leur colère, leur refus du maintien de ce symbole fort du régime de Ben Ali.

 

 

Plusieurs médias étrangers effectuaient  la couverture de cet événement.Un membre d’une chaine de télévision privée française a même souligné que cette révolution était menée avec grande  » classe  » tant que la police n’intervenait pas pour réprimer les manifestations pacifiques.

Ce rassemblement populaire historique s’est achevé par le démontage ( par du personnel encore sur place ) de l’enseigne  » RCD  »  boulonnée sur la façade de cet imposant bâtiment de plusieurs étages ainsi qu’une partie de l’enseigne lumineuse installée sur le toit.

 

Entre temps et symboliquement cet édifice a été renommé   » Maison de la Révolution du Peuple  »  par une écriture en rouge  sur une  pancarte en carton blanc.

Quelle journée historique à laquelle je viens de participer pleine d’émotions, qui n’est pas sans rappeller un moment fort comme celui de la chute du mur de Berlin en 1989.

 

Solidarité franco-tunisienne

 

 

 

 

 

En solidarité avec la Tunisie notre drapeau national est hissé au côté du drapeau tricolore sur le fronton de la mairie de Saint Brieuc en France.

ici

L’ombre de la censure plane encore sur la télévision nationale

 

 

Vidéo bouleversante qui décrit bien l’état d’esprit des journalistes et de leur ras le bol de la censure qui sévit encore à la télévision nationale.

 

Le dictateur Ben Ali est parti mais son système fait il de la résistance ?

Le dictateur Ben Ali est parti mais son système  fait de la résistance, il est bel est bien  parti mais la dictature tente  t’elle de refaire surface ?

Après sa fuite (le 14 janvier 2011) le premier ministre accompagné de Abdallah Kallel et Foued Mebazaa annonce à la télévision nationale  le départ  » provisoire » de Ben Ali et donc que d’après l’article 56 de la constitution il devient le nouveau président de la république par intérim. Quel sens doit on donner au terme provisoire ?

L’équipe de l’ancien dictateur tente elle de récupérer la révolte des Tunisiens pour son propre compte ou bien la peur paralyse t’ elle même les politiques au point de ne pas croire à la fin de Ben Ali mais plutôt son retour.

Il s’en est suivi immédiatement une levée de boucliers de la part des juristes puis une protestation de la rue d’ou l’application de l’article 57, ce qui a fait qu’en 24h nous avons connu deux présidents, un record pour un pays habitué à la dictature.

Remarquez le port de la cravate de couleur mauve de Abdallah Kallel (à gauche de la photo) ce qui est une véritable provocation à l’égard du peuple.

Le premier ministre a pu avoir un contact par téléphone avec le dictateur en fuite et a tenu dans une interview exclusive (le 16 janvier 2011) à la chaine française france24 les propos suivants :

 » j’étais loin de soupçonner qu’il y avait autant de problèmes, autant d’abus, autant d’enrichissements rapides »…   » Le président a fait beaucoup « 

Alors que tout le peuple était au courant de l’enrichissement illicite du clan Ben Ali (5 milliards de dollars d’après Forbes) du gardien d’immeuble au PDG de société et il oublie qu’il est le principal responsable du pillage de l’ économie du pays par ses prédateurs.

Tant d’hésitations d’entourloupes puis de reculades sous la pression de la rue.

Je me pose alors la question, mais à quoi jouent ils ?

La vidéo

Un peu d’humour pour détendre l’atmosphère

 

Selon moi ce qui a provoqué la chute de ZABA c’est qu’il a oublié de faire baisser le prix du thé.

Vu sa consommation en Tunisie, cette erreur monumentale a précipité les événements que l’on vient de connaitre .

Le dictateur Libyen regrette le départ de Ben Ali

Dans un discours « à l’adresse du peuple tunisien », le leader lybien Mouammar Kadhafi dit regretter la chute du président tunisien Ben Ali, estimant que celui-ci était « toujours le président légal de la Tunisie ».
« Vous avez subi une grande perte (…) Il n’y a pas mieux que Zine » (El Abidine Ben Ali) pour gouverner la Tunisie, regrette-t-il. « Je n’espère pas seulement qu’il reste jusqu’à 2014, mais à vie ».

Quel culot de s’adresser au peuple Tunisien qu’il a traité comme du bétail dans les années soixante dix, en entassant les ouvriers Tunisiens dans des camions militaires pour les renvoyer à la frontière vers Rass Jédir (les ayants vue de mes propres yeux).

Ils n’ont qu’a créer l’organisation DSF –  Dictateurs Sans Frontières.

source

La chaine nationale change de logo !

 

 

La chaine nationale vient de changer de logo au profit d’un nouveau.

Un rouge et blanc au lieu du gerbant TV 7  en mauve, symbole de la langue de bois et de la totale désinformation.

Gageons que c’est une nouvelle ére  pour l’information en Tunisie.