Bric à brac d'infos

Articles tagués “kadhafi

Kadhafi parti, on ira se baigner en Libye

La Tunisie avec ses 1200 kilomètres de côtes est, ou a été un paradis pour touristes à quelques heures de vol de l’Europe. Le dépaysement était assuré pour les visteurs tant que les plages recherchées étaient encore sauvages.

Malheureusement  le développement économique en Tunisie a surtout prédominé dans les zones cotières aux dépens de l’intérieur du pays.

Une grande partie de nos côtes a subi un bétonnage en régle, les villes cotières ont grandis et posé leurs tentacules en avalant des kilomètres de plage.

Tourisme de masse et folie des grandeurs aidants  de  pseudo- hôteliers ont construit de grands hôtels souvent laids qui ont défigurés nos côtes.

Alors à défaut de rendre à notre littoral sa virginité, rêvons à celui de la Libye encore préservé  en espérant que les successeurs de Kadhafi ne feront pas la même erreur que chez nous.


Est-il dangereux de tirer en l’air?

Plusieurs fois je me suis posé la question suivante : lorsque on tire une rafale en l’air à la verticale ou à l’oblique, où vont les balles ?

On a peut être  tendance à l’oublier mais elles finissent bien théoriquement par retomber au sol , soit sur le lieu du tir ou à quelques centaines de mètres si le tir était oblique.

Dans ces deux cas, une balle en retombant a t ‘elle l’énergie nécessaire pour tuer quelqu’un ou le blesser sérieusement ?

Depuis le déclenchement de la révolution en Tunisie à la mi décembre 2010 jusqu’à présent, l’on n’arrête pas de tirer en l’air tour à tour dans  les pays arabes touchés par  le vent de  la  révolte.

Cela a commencé en Tunisie puis en Egypte par les tirs de sommation des militaires pour contenir le débordement des foules,   à la Lybie où cette fois les pro et anti Kadhafi tiraient en l’air au gré des victoires sans oublier le Yemen.

Pour illustrer ce phénomène voici une vidéo assez spectaculaire que j’ai prise sur les lieux mêmes d’un tir de feu de  sommation bien nourri par les militaires tunisiens.

Cela s’est déroulé pendant la fameuse journée du 20 Janvier 2011 lors de la manifestation devant le siège du RCD demandant sa dissolution.

Après quelques heures d’une ambiance pacifique et  bonne enfant , j’ai trouvé intéressant de filmer un sympathique monsieur en train d’improviser une musique à l’aide des restes de cornières ayant servi à fixer l’enseigne du RCD .

Je ne sais pas ce qui leur a pris, mais les soldats qui  formaient un cordon de sécurité devant le building à l’avenue Mohamed V ont commencé à tirer en l’air  avec furie, excédés sans doute par des manifestants voulant s’introduire dans l’enceinte du bâtiment.

D’ailleurs immédiatement après l’officier supérieur  ayant vu que ces jeunes militaires ont dépassé leur limites s’est jetté sur l’un deux pour qu’il arrête de tirer en l’air en le réprimandant comme un gamin gâté, scène irréaliste à laquelle je venais d’assister.

Mais hommage quand même à notre armée nationale qui essaie tant bien que mal à maintenir l’ordre et la sécurité après l’effondrement du régime déchu en Tunisie.

Plus d’informations sur la dangerosité de ces tirs, consulter cet article de slate.fr.


 » Yesterday we killed you in Ben Jawad  »

Les pro-kadhafi semblent reprendre du poil de la bête. Après avoir perdu tout l’Est libyen voila qu’ils contre-attaquent à l’ouest du port pétrolier de Ras Lanouf tentant de déloger la rebellion par des bombardements aériens et terrestres.

 

Rapport des forces pro et anti Kadhafi d'après le site de la BBC

Au passage la ville de Ben Jawad qui était conquise par les insurgés est retombée entre les mains des troupes loyales à Kadhafi.Voici des images de Libya TV montrant les gros bras de l’armée loyale à Kadhafi parlant de leur victoire à Ben Jawad avec toujours la même rhétorique :  » ces rebelles sous l’emprise de la drogue ne savent plus ce qu’ils font ni même où ils sont, une fois passé l’ effet des stupéfiants   »

Ecoutez ce malabar qui fier de lui, s’exprime en anglais pour savourer sa victoire et prédir la reconquête de tout le territoire libyen par les forces de Kadhafi,

 » Yesterday we killed you in Ben Jawad, today we killed you in Ras Lanouf , tomorrow we will kill you in everywhere in Libya  »

 

Pilonnage intensif à l’ouest de Ras Lanouf – Libye – Actualités internationales – FRANCE 2 : toute les informations internationales en direct – France 2.


Isolé, Kadhafi tiendra t’il longtemps ?

Comme en Tunisie et en Egypte, les discours pronnoncés par le dirigeant libyen et son fils n’ont fait qu’attiser les flammes de la révolte.

Seif El Islam Kadhafi en premier orateur à la télévision libyenne a brandit le spectre de la guerre civile et menacé le pays d’une rivière de sang.La libye est un  » pays tribal  » a t’il martelé tout le long de son discours, » vous allez vous battre entre vous et perdre le bénéfice du pétrole car vous serez incapable de l’extraire,vous allez reculer de quarante années en arrière » .

Il ne fait pas de doute que le clan des Kadhafi entend garder la main sur le pays en essayant d’entretenir le doute dans l’esprit des libyens.Mais comme en Tunisie et en Egypte c’est l’effet inverse que l’on a observé.

Pourtant Seif El Islam Kadhafi est considéré comme la carte modérée de ce  régime fermé, synonyme de réformes en faveur de la jeunesse libyenne.

Son père n’a  guère fait mieux, il est apparu à la télévision libyenne pour la première fois depuis les évènements qui secouent le pays,démentant  les rumeurs de son départ précipité pour le Venezuela.
On l’a vu quelques secondes sous la pluie tenant un parapluie,prononçant ces quelques phrases :

« Je veux montrer que je suis à Tripoli et non au Venezuela. Ne croyez pas les chaînes de télévision qui appartiennent à des chiens errants »
« Je voulais dire quelque chose aux jeunes de la place Verte et veiller tard avec eux mais il a commencé à pleuvoir. Dieu merci, c’est une bonne chose »,

pour ensuite remonter dans sa voiture électrique.

Le voici dans le rôle inédit de Mary Poppins loin de l’image du  » Roi des Rois Africains  » qu’il véhicule depuis ses échecs de création de  l’union des pays arabes depuis les années soixante dix.

Après ce discours peut être le plus court qu’ait tenu un dirigeant, il en a prononcé un second ( devenu ennuyeux à suivre) lors d’une mise en scène  le 22 février  dans les ruines de Bab El Azizia , son quartier général bombardé par les américains en 1986.


Dans une ambiance quasi hallucinante  enchainant des moments de colère à d’autres plus calmes, le guide libyen a  relaté des faits historiques de révolutionnaires, ensuite menacé  les manifestants de la peine de mort en tenant dans ses mains un exemplaire de son livre vert, manifestants qu’il a  accusé d’être sous l’emprise de la drogue.

Des Tunisiens ont d’ailleurs été montrés à la télévision libyenne avouant (sans doute sous la torture ) qu’ils étaients liés au soulévement par la  fourniture de ces stupéfiants  et la  distribution de tracts.
En guise de réponse aux appels de son départ,  Mouammar Kadhafi a répondu qu’il n’avait  pas de poste officiel pour qu’il en démissionne.

Il a même été dire que la violence n’a pas encore été utilisée jusqu’à présent et qu’ il promettait de mater la rebellion contre son pouvoir en purgeant la Libye quartier par quartier, ruelle par ruelle,maison par maison.
Il ne fait pas de doute que Kadhafi en parfait mégalomane est complétement déconnecté de la réalité, il vit dans sa bulle il n’a pas osé le  » on m’a menti sur la situation  » du dernier discours de  Ben Ali.

Aujourd’hui la libye est coupée en deux, le pouvoir  a perdu la région de la Cyrénaique qui est tombée sous le contrôle des insurgés et des militaires qui les ont rallié.
Même les tentatives de bombardement des villes de l’Est par l’aviation ont échoué, un pilote et son adjoint  refusant d’obéir à des ordres de bombarder la ville de Benghazi, se sont éjectés de leur avion un Sukhoï 22 de fabrication russe.

Les défections  sont de plus en plus nombreuses au sein de l’appareil sécuritaire, le ministre libyen de l’Intérieur, Abdel Fattah Younès al Abidi, a laché le régime de Mouammar Kadhafi et annoncé son soutien à la « révolution du 17 février ».

Les premiers journalistes étrangers ont pu traverser la frontière avec l’Egypte et réaliser des reportages témoignant de la perte de contrôle par le pouvoir libyen de la région en question.

Kadhafi est retranché dans son fief de Tripoli qui n’est pas encore tombé grâce à une répression aveugle menée par des mercenaires africains et même serbes dit on.

Pendant ce temps un véritable pont aérien a été établi entre la Libye et les autres pays afin d’évacuer leurs ressortissants.Plusieurs réfugiés ont traversé  les frontières avec la Tunisie et l’Egypte voisines .

Seif El Islam bras droit de son père,est intervenu aujourd’hui sur la chaîne nationale libyenne pour démentir les informations de chaînes étrangères assurant que l’Etat libyen gère la situation.
Il a défié quiconque des journalistes de la CNN, BBC , Al Arabiya (pas de Jazeera bien sûr) qui seront invités à rentrer dans le territoire de pouvoir observer des traces de bombardements dans la ville de Tripoli.


De son côté Libya TV a montré dans un reportage  des passeports egyptiens et des CD décrivant   » l’art du terrorisme  »  appartenant à des personnes qu’elle nomme  » membres criminels exécutant un complot contre le peuple libyen « .

Remarquer au fond à gauche de la vidéo un CD d’anti-virus Kaspersky 2009 et à droite un autre portant la mention offic XP, étonnant pour des terroristes qui sont accusés de répandre des techniques subversives aux Libyens.Cela ressemble à des preuves fabriquées.

Mais l’opposition tient tête et  envisage de marcher sur Tripoli pour faire tomber le régime de Mouammar Kadhafi.

Isolé et fidèle à sa rhétorique, Kadhafi vient encore une fois de dénoncer ce jeudi 24 janvier 2011 dans  une  allocution téléphonique à la télévision libyenne  le complot d’el Quaida sur la Libye en désignant la responsabilité de Ben Laden.Il tente de gagner du temps en essayant par la propagande de remobiliser le dernier carré de ces fidèles.

Dans sa logique de révolutionnaire il ne semble plus compter que sur un renfort de mercenaires africains pour espérer renverser la vapeur et se maintenir au pouvoir, mais à quel prix ?



La libye explose, le régime de Kadhafi se fissure

 

Le monde arabe subit les effets de la révolution tunisienne qui a débuté en décembre 2010 et qui n’est d’ailleurs pas fini pour l’instant vu la présence de l’ombre du régime de Ben Ali.

Après l’Egypte,le Yemen, le Bahrein voila le tour de la Libye  qui est secouée par un soulévement populaire sans précédent ayant démarré à Benghazi dans la Cyrénaique, c’est à dire l’Est du pays.

A l’heure qu’il est la contagion gagne l’ouest du pays pour se rapprocher inexorablement de la capitale Tripoli.

Epris d’un désir de liberté comme ses voisins  Tunisiens et Egyptiens, le peuple descend pour demander le changement de ce  régime corrompu mené d’une poigne de fer par l’indéboulonnable Kadhafi depuis 1969.

Et comme pour ces deux pays la mobilisation s’est faite grâce à internet  notamment sur facebook pour une journée de la colère le 17 février

 

 

Pour seul réponse ce criminel de Kadhafi, réprime  son peuple avec des mercenaires de l’Afrique sub saharienne qui utilisent des armes lourdes de la DCA , ainsi que des hélicoptères armés.  Les morts se comptent par dizaines pour seulement quelques jours de soulévement.

L’internet est coupé, les communications téléphoniques avec l’étranger ne sont possibles que dans le sens international vers la Libye et Al Jazeera est brouillée depuis un centre des services secrets au sud de Tripoli.

 

 

Mais d’après les témoignages de Libyens de l’intérieur et des exilés en Europe, il semblerait que ce soit la fin de Kadhafi car les tribus se rebellent contre son pouvoir et une partie de  l’appareil sécuritaire commence à le lâcher.

Il va sans doute bientôt subir le même sort que son frère Ben Ali, ironie de l’histoire Leila Trabelsi qui semble t’il a voulu s’installer en Libye après sa fuite  ne lui a pas porté chance.

Là où Leila passe , tout le monde trépasse.


Kadhafi le Mao vert lance la contre-révolution

Reuters

Février 2011, pour prévenir son renversement  Kadhafi en guide futé de la révolution libyenne a lancé la contre-révolution des le début du soulévement des libyens essentiellement en Cyrénaique ( Est de la Libye ).

Les récents évènements en Tunisie puis en Egypte lui ont apporté le recul nécessaire pour analyser la situation chez lui et prendre ces mesures.

Benghazi la deuxième plus grande ville du pays proche de l’Egypte voisin a une tradition de contestation du régime plus marquée que dans les autres régions.

C’est là que se déroule l’essentiel de la contestation sous formes d’affrontements meurtriers avec la police locale et peut être les milices du pouvoir appelées là bas  » comités populaires », selon un premier bilan 24 manifestants seraient tués, d’après l’organisation Human Rights Watch (HRW).

Des partisans mobilisés par le régime de Kadhafi manifestent dans le centre de Tripoli la capitale qui pour le moment est  » fidéle au régime  » en brandissant des portraits de leur  » guide  » ainsi que les fameux drapeaux verts de la Libye.

La nuit en guise de soutien au guide de la révolution des feux d’artifices sont tirés en l’air,agrémentés par des concerts de klaxons,ainsi qu’un mélange de sirènes et gyrophares.

A longueur de journée la télévision d’état outil de propagande par excellence relait ces diverses manifestations pro-Kadhafi .

En prévision d’une forte couverture médiatique par Al jazeera comme à l’accoutumée, craignant un effet d’embrasement dans les villes en émeutes, la chaine du Qatar elle  aussi est visée par des slogans hostiles.

La libye isolée idéologiquement entre deux pays ayant fait chûter la dictature, est de plus en plus sous la pression d’un  soulévement populaire grandissant et  inédit depuis quatre décennies.Va t’elle résister longtemps aux vents du changements qui n’arrêtent pas de souffler sur le monde arabe.

La jeunesse libyenne mobilisée sur Facebook pour que le jeudi 17 février  soit une journé de colère ose même  s’attaquer aux symboles forts du régime de Kadhafi, dans cette vidéo prise à Tobrouk ville de l’ extrême Est  on assiste à la destruction d’une sculpture représentant le  »  livre vert  » , ce livre à la manière du livre rouge de Mao Zédong en Chine contient la doctrine idéologique de Kadhafi.

http://twitter.com/EnoughGaddafi


Le dictateur Libyen regrette le départ de Ben Ali

Dans un discours « à l’adresse du peuple tunisien », le leader lybien Mouammar Kadhafi dit regretter la chute du président tunisien Ben Ali, estimant que celui-ci était « toujours le président légal de la Tunisie ».
« Vous avez subi une grande perte (…) Il n’y a pas mieux que Zine » (El Abidine Ben Ali) pour gouverner la Tunisie, regrette-t-il. « Je n’espère pas seulement qu’il reste jusqu’à 2014, mais à vie ».

Quel culot de s’adresser au peuple Tunisien qu’il a traité comme du bétail dans les années soixante dix, en entassant les ouvriers Tunisiens dans des camions militaires pour les renvoyer à la frontière vers Rass Jédir (les ayants vue de mes propres yeux).

Ils n’ont qu’a créer l’organisation DSF –  Dictateurs Sans Frontières.

source