Bric à brac d'infos

Articles tagués “plage

Kadhafi parti, on ira se baigner en Libye

La Tunisie avec ses 1200 kilomètres de côtes est, ou a été un paradis pour touristes à quelques heures de vol de l’Europe. Le dépaysement était assuré pour les visteurs tant que les plages recherchées étaient encore sauvages.

Malheureusement  le développement économique en Tunisie a surtout prédominé dans les zones cotières aux dépens de l’intérieur du pays.

Une grande partie de nos côtes a subi un bétonnage en régle, les villes cotières ont grandis et posé leurs tentacules en avalant des kilomètres de plage.

Tourisme de masse et folie des grandeurs aidants  de  pseudo- hôteliers ont construit de grands hôtels souvent laids qui ont défigurés nos côtes.

Alors à défaut de rendre à notre littoral sa virginité, rêvons à celui de la Libye encore préservé  en espérant que les successeurs de Kadhafi ne feront pas la même erreur que chez nous.


C’est scandaleux de voir ça !

Il y a une quinzaine d’années peu de gens connaissaient El Haouaria petite ville de la Tunisie située au Cap Bon, mais vraiment à son extrémité nord-est, lorsqu’on y arrive il n’ y a plus que la mer méditerranée à traverser.

C’ est une ville qui se trouve donc en fin de parcours, adossée à une montagne de moyenne altitude (sommet à 370 m) qui offre lorsqu’on y grimpe un beau panorama entre ciel, terre et mer.

Autant dire que c’est le calme et la quiétude qui vous attendent.

C’est un endroit idéal pour les amoureux de la nature et des vacances vraiment pour se reposer loin du tapage et du ‘’ m’as-tu vu ‘’ des autres coins touristiques de la Tunisie.

Le charme de cette ville (et de sa région) provient de la présence côte à côte de la mer et de la montagne  un peu comme les régions maritimes du nord, de Bizerte à Tabarka.

Question baignade, on a le choix selon que l’on soit sportif ou pépère, de plonger dans les eaux de la côte rocheuse de la façade nord ou de se prélasser sur la belle plage de sable de la façade sud de cette pointe du Cap bon.

Quant à la montagne elle propose des circuits de randonnées assez sportives car non balisées le tout en compagnie de chèvres mi sauvages mi apprivoisées. Sans oublier les possibilités de naviguer en planche à voile, le Cap Bon est assez venté et se situe en plein couloir du Mistral.

Voici dressé le portrait idyllique d’el Haouaria.

Malheureusement cet environnement et cette ambiance que je viens de décrire commencent à subir les conséquences de la croissance de la fréquentation estivale des plages d’el Haouaria.

La région est plus connue maintenant.

Avec l’ augmentation du niveau de vie des Tunisiens, de plus en plus de familles sont en possession d’un moyen de locomotion et le rayon d’action des estivants s’allonge par la même occasion si je puis dire ainsi.

Il y a quinze ans en allant à la plage côté sud, il n’était pas rare de côtoyer à peine une dizaine de personnes. Avec un masque et un tuba on pouvait observer à quelques mètres de la plage les calmars évoluer dans leur milieu.

Aujourd’hui la plage côté port de pêche sert de parking aux véhicules tout terrain dont les propriétaires mettent à l’eau les bateaux de plaisance.

Ce port en question qui devait servir aux marins pêcheurs ainsi qu’au nautisme est ensablé aux trois quart, encore un contre sens à la nature. Il a pris la place d’un cadre digne des iles Maldives à coups de dynamites !

Il y a quinze ans les superbes criques qui commencent là où s’arrête la plage de sable offraient des baignades en solitaire dans ce que l’on pourrait appeler des piscines d’eau de mer. Aujourd’hui ce ne sont plus que des bars à ciel ouvert ou des gens sans scrupules consomment et laissent leurs déchets une fois les lieux quittés.

Des organisateurs de journées passées les pieds dans l’eau dans des criques accessibles qu’en bateau ont crée des zones dépotoirs dans des lieux magiques. Tout ça, car ils ne prennent pas la peine de rapatrier les déchets de consommation. C’est scandaleux.

Ce qui était considéré auparavant comme un endroit calme avec des paysages sauvages peut devenir du jour au lendemain qu’une zone envahie et dévastée par des touristes peu soucieux des dégâts qu’ils occasionnent après leur passage.

Le Tunisien aime bien profiter de l’été c’est connu, c’est principalement durant cette période qu’il s’éclate à fond, mais à quand une prise de conscience de son empreinte sur son environnement.

C’est quand même le sien aussi pas celui des autres uniquement, ‘’après moi le déluge ‘’.

La Tunisie est géographiquement un petit pays qui a une façade maritime importante mais fragile et sur exploitée, tout a été bétonné, rares sont les endroits encore restés sauvages et inexploités.

Si on commence à dégrader sérieusement le peu qui nous reste ou allons nous ?