Bric à brac d'infos

Articles tagués “salafistes

Où va t’on dans la diversion ?

 

Bien qu’étant plutôt optimiste et confiant sur l’aboutissement un jour du processus démocratique entamé par le peuple tunisien, je ne peux m’empêcher de dresser à l’heure actuelle  un bilan en demi-teinte.

Je commencerais par la fin et non le début des évènements historiques vécus par les tunisiens depuis le déclenchement de la révolution en décembre 2010.

Le gouverneur de la banque centrale de Tunisie vient de déclarer que le taux de croissance économique du pays avoisinera les 0 % pour l’année 2011, c’est un résultat contre productif.
Les perspectives de la relance économique ne sont pas plus au beau fixe non plus.

C’est sûr toutes les révolutions n’ont pas vu leurs objectifs atteints, ou ont connu des débuts très difficiles.

La notre n’a donc pas échappé à la règle, elle aurait pu connaître un destin différent, mais nous avons gaspillé nos chances de continuer la mutation des structures de notre pays à partir du formidable élan de solidarité qui nous a habité.

Pourtant nous avons franchi l’obstacle le plus dure à négocier durant lequel les forces contre-révolutionnaires ont plané sur le pays quelques semaines après le départ du dictateur déchu.Pendant cette sombre période, la peur et l’insécurité l’avaient emporté sur l’optimisme ambiant,le vide politique était grand à tel point que la tentation que l’armée prenne les commandes était largement discutée ou bien souhaitée  par la population.

Mais cette dernière a prouvé par la même occasion sa vocation  » d’armée républicaine « .

Lors des manifestations, on réclamait la dignité,le travail et surtout on demandait la tête de la famille mafieuse qui régnait sur le pays, synonyme de corruption et de pillage des richesses nationales.

Maintenant une fois Ben Ali parti que voit on: ceux qui avaient la chance de travailler n’ont pas cessé de faire des grèves à répétitions pour  des augmentations de salaires.Ces débrayages ont pratiquement mis à genou l’économie, ont augmenté dangereusement le  risque que des entreprises mettent  la clé sous le paillasson et menacé encore plus les postes d’emploi déjà précaires. Drôle de solidarité avec les chômeurs !

La cherté de la vie se fait de plus en sentir  touchant de plein fouet  les couches sociales les plus démunies le gouvernement provisoire tentant d’amortir la crise comme il le peut  !

Et ceux qui déjà possédaient un toit décent profitent du  » passage à vide  » de cet état Tunisien pour construire anarchiquement sans permis de bâtir.

Absents lorsque les jeunes se faisaient réprimer par la police pendant le soulévement, les salafistes veulent maintenant récupérer le mouvement à leur compte,ils sont certes minoritaires mais  sément la zizanie en prenant l’université tunisienne en otage.

Alors que le pays est comme un navire en perdition dans la tempête, les barbus tentent de faire diversion auprès de l’opinion publique sur un faux problème, celui de la perte des valeurs islamiques et un faux débat, celui du port du niqab si loin de nos traditions.

On est bien loin du slogan scandé par les manifestants le 14 Janvier devant le siège du ministère de l’intérieur :  » Pain,eau mais Ben Ali non  »

Politiquement ce n’est guère mieux , le 23 octobre le peuple était invité à l’occasion des premières élections libres à choisir les membres d’une future assemblée constituante dont la mission première est de rédiger la nouvelle constitution censée garantir dorénavant l’état de droit en Tunisie.

Mais depuis cette date il est peu question de la rédaction de cette constitution.Pire la coalition majoritaire ne montre aucune volonté à s’atteler au travail et vouloir résoudre la crise sociale.
Elle ne semble que s’attarder sur les querelles politiciennes et le partage du pouvoir à travers la composition du gouvernement qui tarde à venir.Plus de quarante jours sont passés maintenant alors que la durée de vie théorique de cette assemblée n’est que de un an,quelle efficience dans l’action !

Il est indéniable que les Tunisiens ont acquis la liberté d’être et surtout de s’exprimer,mais pour le moment certains  » objectifs de la révolution  » ont été détournés par une partie de la société  qui a su en profiter,  le pays semble relativement calme mais jusqu’à quand ?

Publicités